Le 28 octobre dernier, un arrêté ministériel 'portant des mesures d'urgence pour limiter la propagation du coronavirus' interdisait l'exercice collectif du culte, sauf dans trois cas strictement limités. Ce mardi soir cependant, le Conseil d'État a ordonné, dans le cadre d'une demande en référé de membres de la communauté juive d'Anvers, que "l'État belge modifie ce régime, à tout le moins provisoirement, de sorte qu'une restriction éventuelle de l'exercice collectif du culte ne soit plus disproportionnée".

Selon l'arrêt, cette modification doit intervenir au plus tard le 13 décembre 2020.

L'arrêt considère qu'il est question d'une restriction disproportionnée de la liberté de culte du fait que l'autorité n'a même pas prévu la possibilité que l'exercice collectif du culte puisse au moins se dérouler dans certains cas, à titre exceptionnel et sous conditions, le cas échéant uniquement sur demande avec indication du lieu et du moment.

On sait par ailleurs que les représentants des différents cultes rencontreront cette semaine le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD). Soutenus par cet arrêt du conseil d'État et de nombreux croyants (dont 12 000 ont signé une lettre ouverte au monde politique) ils tenteront de préciser des protocoles sanitaires pour que les célébrations publiques puissent reprendre. Pour rappel, la Belgique est à ce jour le seul pays d'Europe où celles-ci sont interdites.