Avant toute chose, il est nécessaire de disposer d’une prescription délivrée par un médecin ou d’un code d’activation généré par le centre de tracing - par exemple après un contact à risque - pour pouvoir se faire tester gratuitement. Sans prescription ou sans code, il sera en principe impossible de passer un test sans devoir le payer. Certains centres de testing disposent cependant d’un médecin qui peut délivrer, sur place, une ordonnance aux patients qui présentent des symptômes du virus. Il est aussi possible d’obtenir un test PCR auprès d’un laboratoire qui n’est pas agréé pour les tests Covid. Mais, dans ce cas, il n’est pas possible de prétendre à un remboursement.

Une fois réalisé, le test est envoyé au laboratoire, qui le facture alors à l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami). Selon la raison renseignée, l’Inami rembourse (ou non) le test. Dans le cas où le patient présente des symptômes du Covid-19 (toux, fièvre, fatigue, maux de tête…), le test est entièrement pris en charge. Il en va de même pour un patient qui a besoin d’une hospitalisation immédiate, indique le site de Sciensano, l’Institut de santé publique.

Les tests sont également gratuits s’ils sont justifiés par un contact à haut risque ou avec une personne positive (y compris dans les collectivités comme les maisons de repos ou les écoles).

La gratuité se justifie donc par des raisons médicales. C’est pour cette raison qu’elle ne s’applique pas aux tests effectués avant un voyage. Dans le cas où le pays visité exige un test négatif, les frais sont entièrement à la charge du voyageur. Les tests au retour de zone rouge sont néanmoins remboursés.

Pas chez les médecins

Les médecins généralistes craignent d’être submergés par les demandes de prescription pour le test à l’approche des vacances. Ils rappellent qu’ils ne sont pas habilités à prescrire des tests PCR pour les voyages et invitent les patients à s’adresser à un centre de testing (la liste se trouve sur le site info-coronavirus.be) ou à un laboratoire privé.