Le week-end passé, environ 15.000 personnes se sont rendues en train à Ostende, 8.000 à Blankenberge et 2.500 à Knokke-Heist, soit bien plus que ce à quoi les communes côtières pouvaient faire face.

Cette fréquentation particulièrement élevée au littoral a provoqué des incidents, comme une bagarre générale entre des dizaines de personnes, armées de parasols et autres projectiles, et la police à Blankenberge, samedi.

Pour la gouverneure faisant fonction de Flandre occidentale, les transports ne devraient pas permettre une telle affluence. "Samedi, des trains occupés à 115% sont arrivés à la Côte. Cette capacité doit baisser", souligne Anne Martens. "Si les communes côtières sont bondées, des voyageurs supplémentaires ne doivent pas être transportés vers la mer."

Selon la gouverneure, le ministre fédéral Pieter De Crem doit étudier la question ce lundi, en concertation. La suppression des trains supplémentaires vers la Côte est envisagée, tout comme la diminution de la capacité des trains réguliers, précise Mme Martens.