La situation actuelle est "intenable", a souligné M. De Wever, par ailleurs président du parti nationaliste N-VA.

Le manque de moyens humains ne permet pas de mener suffisamment de contrôles, ce qui permet aux trafiquants de drogues de mener leurs petites combines sans être inquiétés outre mesure. Selon Bart De Wever, il faudrait 300 policiers de plus pour surveiller correctement le port. "La situation actuelle qui voit la police de la navigation gérer la situation avec quelques dizaines de personnes est intenable."

Anvers et son port - l'un des plus importants d'Europe - sont des plaques tournantes du trafic de cocaïne. Une enquête réalisée par 'De Tijd' a mis en lumière les pratiques des trafiquants, organisées en véritables mafias.

Les douanes interceptent régulièrement des chargements importants de drogues transitant par le port, lesquels peuvent atteindre plusieurs tonnes de cocaïne.