Tous les Belges n’ont pas encore retrouvé intégralement leur liberté d’antan, soit celle d’avant la propagation de coronavirus dans notre pays. C’est notamment le cas des tenanciers de dancings (ou discothèques) qui piaffent d’impatience à l’idée de pouvoir enfin rouvrir leurs établissements. La règle en la matière, récemment édictée par le Conseil national de sécurité (CNS), est connue : les discothèques resteront fermées jusqu’au 31 août inclus. "Du moins si l’évolution de la situation sanitaire en Belgique n’en décide pas autrement", avait alors précisé la Première ministre Sophie Wilmès (MR). Le CNS se réunit une nouvelle fois ce mercredi à 8 heures au Palais d’Egmont à Bruxelles afin de consacrer la phase 5 - celle qui démarre en août - du plan de déconfinement en Belgique.

Selon une source politique bien informée, il n’est pas exclu que l’échéance précitée relative à la réouverture pour les acteurs de la vie nocturne soit postposée "compte tenu de la situation épidémiologique actuelle". Le respect des distances de sécurité et l’obligation du port du masque constituent en effet des règles difficiles à faire respecter dans un tel contexte festif. "Les personnes qui fréquentent les discothèques ont parfois trop bu, il nous paraît dès lors malaisé de vouloir faire respecter ces règles dans ces lieux. D’où le maintien de leur fermeture", nous explique-t-on dans les rangs du CNS. D’autres événements avec audience tels que les matchs de football, les foires et salons ou encore les réceptions de mariages devraient faire l’objet d’ajustements et de décisions ce mercredi.

Combien de supporters tolérés dans les stades ?

Combien de supporters pourront se rendre dans les stades ? Combien de visiteurs les foires et salons pourront-ils accueillir ? Les décideurs politiques devront en fait trancher la question de savoir si les événements en intérieur peuvent passer de 200 à 400 participants et si la limite en extérieur peut passer à 800, contre 400 actuellement. Le ministre-Président flamand, Jan Jambon (N-VA), a déjà affirmé qu’il plaiderait en ce sens. Quelle que soit la décision, la "matrice événement" - un outil en ligne servant de référence aux autorités locales pour autoriser (ou non) ces activités - sera maintenue.

Il sera aussi question du nombre de convives tolérés lors des réceptions de mariages qui pourraient être élargies de 50 à 100 personnes à partir du mois d’août. Le caractère désormais obligatoire du port du masque dans la plupart des lieux publics fermés ne devrait plus être abordé ce mercredi par le CNS lui-même, mais pourrait faire l’objet de questions, lors du point presse prévu dans la foulée. La Fédération des cinémas de Belgique demande en effet que le CNS reconsidère sa décision d’obliger le port du masque durant la durée du film. Selon elle, cette obligation rend impossible l’exploitation rentable des cinémas. Enfin, la réouverture potentielle des jacuzzis et des hammams devrait être elle aussi tranchée.

Une conférence de presse se tiendra "très probablement" à l'issue de ce CNS.