Les premières réactions aux mesures de déconfinement annoncées par la Première ministre ce vendredi 24 avril.

La fédération du commerce et des services Comeos a réagi, vendredi soir, au plan de déconfinement, annoncé par la Première ministre Sophie Wilmès à l'issue d'un nouveau Conseil national de sécurité (CNS). Parlant de la prolongation de la fermeture forcée des magasins jusqu'au 11 mai comme d'une mesure dure, l'organisation souligne néanmoins que la décision "offre une perspective claire". Les magasins étaient "tout à fait prêts" à rouvrir le 4 mai, explique le CEO de l'organisation Dominique Michel. Ils devront néanmoins patienter jusqu'au 11 mai, d'après la décision du CNS. Néanmoins, "le fait que tous les magasins puissent rouvrir en même temps est positif", reconnaît M. Michel.

"Chaque jour, les magasins qui doivent rester fermés perdent ensemble 140 millions d'euros. La prolongation de la fermeture obligatoire jusqu'au 11 mai signifie presque deux milliards d'euros de pertes supplémentaires de chiffre d'affaires. Ce sont des milliers d'emplois qui sont ainsi en danger", avertit cependant le CEO, qui demande par ailleurs l'établissement de mesures de soutient supplémentaires pour le commerce.

"Les dommages sont énormes. Tout doit à présent être fait pour éviter les fermetures et les pertes d'emplois", conclut Dominique Michel.

Pour la Ligue des familles, le gouvernement n'a pas apporté de solution aux parents

"Comment peut-on laisser tant de parents sans solution ?", s'interroge la Ligue des familles vendredi à l'issue des mesures progressives de déconfinement présentées par le Conseil national de sécurité (CNS). "De plus en plus de parents au travail et les jeunes enfants toujours à la maison", a indiqué la Ligue des familles dans un communiqué. Pour la Ligue des familles, ce plan de déconfinement n'est pas tenable sans mesure supplémentaire pour soutenir les parents. "Personne ne souhaite voir les enfants arriver en masse dans les garderies scolaires ou les parents risquer des burn out en nombre. Le congé spécifique, correctement rémunéré, accessible à tous les parents, salariés, indépendants et fonctionnaires, en télétravail ou non, est plus que jamais incontournable", a-t-elle indiqué.

"Il n'y a toujours aucune solution prévue pour les parents qui travaillent et dont les enfants ne retournent pas à l'école !", relève le directeur général de la Ligue des familles, Christophe Cocu, faisant notamment référence au fait que, selon lui, la nouvelle modalité du congé parental présentée sera inaccessible à la majorité des parents.

Le secteur de la mode regrette de ne pouvoir ouvrir que le 11 mai

La fédération du secteur de la mode, Mode Unie, regrette que ses boutiques ne soient pas autorisées à rouvrir leurs portes avant le 11 mai, a-t-elle annoncé vendredi en réaction aux décisions du Conseil national de sécurité (CNS). "Un lourd sacrifice pour le secteur, qui est dans une situation difficile depuis la fermeture obligatoire le 18 mars", a-t-elle aussi ajouté. Il est important que les magasins puissent rouvrir rapidement, a tenu à affirmer Mode Unie. La réouverture attendue le 11 mai, au lieu du 4 mai, est "une autre semaine supplémentaire pendant laquelle les détaillants de mode ne pourront pas ouvrir leurs magasins pour écouler l'important stock d'articles d'été", a déclaré la direction Isolde Delanghe.

Mode Unie a aussi insisté à nouveau sur les difficultés rencontrées par les détaillants qui, pour certains d'entre eux, avaient déjà acheté la collection pour la saison d'hiver avant la fermeture obligatoire des commerces. "Cela signifie que les fournisseurs doivent être payés, dans une période où il n'y a pas de revenus", a souligné Mode Unie.