Si les kits de tests semblent suffisamment nombreux pour l’instant, ce sont plutôt les ressources humaines qui manquent pour tester la population en cette période estivale où nombre de médecins et de membres du personnel hospitalier sont en congé, alors que les hôpitaux ont petit à petit repris une activité normale. Dans les hôpitaux, on demande que les autorités rouvrent davantage de centres de tests.

Certains s’inquiètent par ailleurs d’une possible pénurie de réactifs, les produits utilisés pour les tests. Dans De Morgen, le Dr Marc Moens (Absym) constate que "les laboratoires restent dépendants des fournisseurs" et qu’"il n’y en a pas tellement". "Il va y avoir une bataille sur le marché international. Ces fournisseurs ont besoin de produits de base et ils sont rares."

Philippe de Backer (Open VLD), ministre en charge des fournitures médicales, ne voit pour sa part pas survenir une pénurie dans l’immédiat. Les laboratoires belges travaillent avec trois types de machine, explique-t-il au Morgen. Selon M. De Backer, "il n’y a pas de problèmes pour deux types, seuls des problèmes pour les machines de type 1 peuvent survenir". La plupart des laboratoires disposent de différents types de machine, de sorte qu’une éventuelle pénurie de réactifs n’entraînera pas immédiatement l’arrêt des tests.