Des centaines de jeunes se sont rassemblés à Knokke pour continuer à faire la fête après la fermeture des bars, la police a dû intervenir.

Durant la nuit de mardi à mercredi, la police de Knokke-Heist a dû intervenir car des centaines de jeunes fêtards, principalement en provenance des Pays-Bas, s'étaient rassemblés sur la place communale. Cela faisait plusieurs jours que des jeunes se réunissaient après la fermeture des bars et cafés à 1h, mais la situation ce mardi a pris une telle proportion que la police locale a dû faire appel aux collègues de Bruges et de Blankenberge pour disperser la foule. Des événements qui rappellent fortement ceux qui se sont produits sur la place Flagey en juin dernier. Au total, les policiers auront mis plus d'une heure pour évacuer la place noire de monde. Certains jeunes se sont d'ailleurs montrés agressifs et cinq d’entre eux ont été arrêtés.

 

Le chef de la police de Knokke, Steve Desmet, a expliqué à nos confrères de Het Laaste Nieuws que les bars respectaient scrupuleusement les horaires de fermeture imposés en raison du coronavirus. Ce serait d'ailleurs ces derniers qui auraient alerté la police. Le problème vient donc des jeunes qui malgré l'interdiction, souhaitent se rassembler en grand nombre. "Les autres soirs, tout le monde rentrait facilement chez lui, ce qui n'était pas du tout le cas dans la nuit de mardi à mercredi", a expliqué le chef de la police. Il a également affirmé que ce sont surtout des Néerlandais qui causent des problèmes. "S'ils suivaient les directives comme nos jeunes, il n'y aurait pas de gros problèmes."

Pour résoudre le problème, des mesures supplémentaires pourraient être prises en consultation avec la commune et le secteur Horeca.

© Facebook

© Belga