La situation ne correspond pas à celle que les experts espéraient pour la rentrée scolaire. En effet, le centre de crise et le SPF santé publique avait fait part, ce lundi 24 août, de voir le nombre quotidien de contaminations considérablement diminuer avant que les enfants ne reprennent le chemin de l'école. Mais, ce vendredi 28 août, le constat est inéluctable: l'objectif n'est pas atteint. Si, à l'échelle nationale, les tendances sont à la baisse, les provinces individuellement ne peuvent pas se vanter d'un tel résultat. Quatre d'entre elles voient ainsi la moyenne du nombre d'infections repartir à la hausse, comme l'ont expliqué les experts: le Hainaut (+13% par rapport à la semaine précédente), le Limbourg (+23%), le Brabant flamand (+14%) et le Brabant wallon (+26%). "C'est toujours dans la région de Bruxelles-Capitale, que l'on observe le plus grand nombre de cas", a détaillé la porte-parole interfédérale, Frédérique Jacobs, lors de la conférence de presse de ce vendredi.

© Sciensano

Mais qu'en est-il dès lors à l'échelle communale ? Si l'on regarde le nombre de cas rapportés ces sept derniers jours, 9 communes bruxelloises apparaissent dans le top 15 des zones les plus touchées: Bruxelles (135), Schaerbeek (123), Molenbeek-Saint-Jean (92), Anderlecht (82), Uccle (47), Forest (42), Jette (38), Saint-Gilles (33) et Ixelles (31). Anvers occupe toutefois toujours la première place du classement, totalisant 364 contaminations ces sept derniers jours.

Voici le classement des 15 communes comptabilisant le plus grand nombre de cas ces 7 derniers jours :

© Sciensano

Le R supérieur à 1 dans trois provinces

Autre valeur à laquelle s'intéressent les experts, le taux de reproduction du virus, qui correspond au nombre moyen de personnes infectées par un malade. Ce taux se maintient bien en dessous de 1, à l'échelle nationale. Calculé sur la période du 21 août au 27 août, le R s'élève désormais à 0,738. Au niveau provincial, trois zones présentent un taux de reproduction supérieur à la valeur symbolique de 1 (indiquant une circulation plus active du virus sur le territoire). Il s'agit du Brabant flamand (1,043), du Brabant wallon (1,237) et du Limbourg (1,045).

© Sciensano

L'institut de Santé publique Sciensano précise toutefois que les "valeurs estimées pour le taux de reproduction dépendent des choix méthodologiques utilisés dans le programme de modélisation et dépendent de l’objectif recherché ou des limites liées aux données." Il peut donc varier en fonction de la décision de se baser sur le nombre de contaminations ou sur les hospitalisations.