Entre le lancement de la campagne - qui a officiellement débuté le 5 janvier après une phase pilote engagée le 28 décembre - et le 22 mars, 977.861 personnes ont reçu au moins une dose d'un vaccin anti-Covid. Au total, 7.443 effets secondaires présumés (c'est-à-dire observé après la vaccination mais qui ne sont pas nécessairement liés ou causés par le vaccin) ont été signalés via le formulaire en ligne dédié. Parmi ceux-ci, 2.449 ont été enregistrés dans la base de données européenne de pharmacovigilance EudraVigilance.

La grande majorité de ces signalements mentionnait des effets secondaires comme de la fièvre, des douleurs musculaires, des nausées et des réactions à l'endroit de l'injection. "Il s'agit d'effets secondaires connus et décrits dans la notice du vaccin. Ils disparaissent la plupart du temps après deux jours", souligne l'AFMPS. Les personnes vaccinées avec les produits développés par Pfizer/BioNTech et Moderna mentionnent généralement ces effets après avoir reçu la seconde dose, tandis que celles vaccinées avec AstraZeneca décrivent plutôt ces symptômes après la première injection.

L'Agence fédérale précise que 1.307 notifications concernaient des effets secondaires graves. Parmi celles-ci, la très grande majorité ont été classées dans cette catégorie en raison d'une incapacité de travail temporaire suivant la vaccination, ou de l'impossibilité de quitter son domicile à cause d'une poussée de fièvre, de douleurs musculaires, de nausées ou de réactions à l'endroit de l'injection. En outre, 63 décès ont été enregistrés mais doivent encore être analysés car le lien avec le vaccin n'a pas pu être confirmé. Les circonstances cliniques varient en effet en fonction des cas, tout comme le laps de temps qui s'est écoulé entre une injection du vaccin et le décès.

L'AFMPS publie chaque semaine un aperçu des effets indésirables signalés à la suite de l'administration d'un vaccin contre le Covid-19 en Belgique, l'objectif étant d'accroître la confiance dans les vaccins en faisant preuve de transparence.