Dans certaines maisons de repos, des doses non utilisées du vaccin Pfizer/BioNTech sont administrées "secrètement" aux familles des résidents et des membres du personnel, écrit dans son édition de samedi le quotidien Het Nieuwsblad, en citant Margot Cloet de la coupole néerlandophone Zorgnet-Icuro. En Wallonie, un tel constat n'a pour l'instant été rapporté nulle part, a indiqué l'Agence wallonne pour une Vie de Qualité (AViQ). Inadmissible, selon l'Agence flamande pour les soins et la santé (Agentschap Zorg en Gezondheid), pour qui la priorité doit être donnée aux médecins généralistes et aux infirmières. Les maisons de repos et de soins ont maintenant reçu une lettre leur demandant d'établir des "listes de réserve" de personnes devant recevoir une dose du vaccin une fois que les résidents et le personnel des maisons de soins ont été vaccinés.

Il est donc absolument interdit d'administrer le vaccin aux familles des résidents et du personnel. "Nous comprenons que cela provoque frustration et incompréhension, mais étant donné la rareté des vaccins, nous comptons sur vous pour gérer cela correctement", peut-on lire dans la lettre.

Sollicitée par l'Agence Belga, l'AViQ a indiqué samedi n'avoir "à ce stade, posé aucune constatation d'une vaccination 'secrètement' organisée des familles de résidents ou du personnel en maison de repos et maison de repos et de soin". Elle souligne par ailleurs qu'elle "ne manquera pas de réagir en premier chef si de tels non respects du phasage devaient être constatés".