Si l'on parlait de reconfinement en début de semaine, les autorités ont finalement opté pour une autre option. L'objectif est d'attendre de pouvoir évaluer l'impact des premières mesures prises vendredi dernier (fermeture de l'horeca, couvre-feu...) avant de passer à la solution la plus stricte.

Réuni ce jeudi à 20 heures, le comité de concertation s'est mis d'accord sur de nouvelles mesures à adopter pour renforcer la lutte contre le coronavirus.

Alexander De Croo a pris la parole à 9 heures ce vendredi pour détailler les règles sanitaires qui entreront en vigueur en Belgique dès aujourd'hui. 
 

Le Premier ministre a commencé par rappeler que la situation épidémiologique était inquiétante. Toutes les provinces se trouvent en phase 4 d'alerte, sauf le Limbourg qui ne devrait toutefois pas tarder à y arriver également. "Nous avions dit la semaine passée que les chiffres allaient continuer à augmenter", a expliqué M. De Croo. "C'est pourquoi la semaine passée nous avions pris toute une série de restrictions avec pour seul objectif de réduire les contacts qui n'étaient pas nécessaires. Nous appuyons sur le bouton pause pour que les généralistes et les hôpitaux puissent continuer à faire leur travail, que nos enfants puissent continuer à aller à l'école et que les entreprises puissent continuer à tourner." Les autorités veulent à tout prix maintenir les écoles ouvertes, avec des cours en présentiel. C'est pourquoi ils ont décidé qu'aucune règle ne toucherait l'enseignement obligatoire. Il y aura par contre des règles plus strictes pour les événements sportifs, culturels, les parcs d'attractions et l'enseignement supérieur. Ce sont des mesures qui seront valables durant un mois (jusqu'au 19 novembre) et elles prennent effet aujourd'hui. 

Voici les mesures qui entreront en vigueur ce vendredi 23 octobre :

  • Evénements sportifs :
    Toutes les compétitions sportives professionnelles à l'intérieur et à l'extérieur se déroulent sans public. Toutes les compétitions amateurs sont suspendues. Les compétitions concernant des jeunes jusqu'à 18 ans restent autorisées, mais un seul proche peut y assister. Les piscines restent ouvertes. Il reste interdit de vendre ou de consommer des boissons et de la nourriture.

  • Enseignement supérieur:
    Le taux d'occupation des locaux descend à maximum 20% avec obligation de port du masque, sauf pour les travaux pratiques où ce n'est pas possible. Il faut privilégier ces travaux pratiques ainsi que les stages. Cette règle n'est pas applicable aux étudiants de première année (le taux sera de 50% pour eux).
  • Evénements et activités à l'intérieur (culturels, religieux, éducatifs, associatifs):
    Maximum 40 personnes sont autorisées s'il y a suffisamment de garanties que l'organisation permet de respecter les règles de lutte contre le coronavirus, et maximum 200 personnes là où des protocoles ont été mis en place et moyennant le respect de la règle d'1,5 mètre de distance et le port du masque. La vente de boissons et de nourriture est interdite. L'ambition est de revenir après le 19 novembre à la situation que nous avons connue auparavant pour pouvoir à nouveau participer à des manifestations culturelles de façon sûre. Le protocole du premier octobre reste en vigueur durant les prochaines semaines pour les célébrations religieuses, avec un maximum de 200 personnes qui peuvent participer à une cérémonie, à condition que la distance de 1,5 m et les autres règles de sécurité soient pleinement respectées. Cette prolongation est valable jusqu'au 19 novembre.


  • Les camps de jeunesse :
    Ils peuvent avoir lieu sous certaines conditions. Pour les moins de 12 ans, ceux-ci peuvent se dérouler normalement. Entre 12 et 14 ans, ceux-ci doivent être limités à un maximum de 4 nuit. Au-delà de 14 ans, le résidentiel est interdit. Les protocoles actuellement en vigueur pour les activités de jeunesse restent d'application. Pour les plus de 12 ans, les activités devront se dérouler à l'extérieur. Pour les moins de 12 ans, il sera "fortement conseillé" d'organiser également les activités en extérieur. Les stages de vacances organisés pendant le congé de Toussaint peuvent être maintenus.


  • Transports en commun :
    Chaque autorité veille, dans le cadre de ses compétences, à ce que la capacité des transports en commun soit optimalisée afin d'éviter toute surfréquentation. Il y aura des bus de compagnies privées qui opéreront sur les principales lignes pour assurer une fréquence plus soutenue aux heures de pointes.

  • Parcs d'attractions et zoos :
    Les parcs d'attraction sont temporairement fermés. Les zoos peuvent rester ouverts. Les espaces intérieurs sont toutefois fermés au public ; il est interdit de vendre ou de consommer des boissons et de la nourriture.

  • Télétravail :
    Le télétravail reste la règle. Il a été décidé avec les fédérations patronales de mettre en place un système de monitoring visant à responsabiliser, afin d'appliquer la règle du télétravail dès que possible.

Les règles du niveau d'alerte 4, dans lequel nous nous trouvons, mises en place lundi dernier ont par ailleurs été rappelées :

  • les contacts rapprochés sont limités à 1 personne maximum
  • les rassemblements privés sont limités à 4 personnes pendant 2 semaines, toujours les mêmes
  • les rassemblements sur la voie publique sont limités à 4 personnes maximum
  • les marchés et foires de petite envergure restent ouverts, mais la consommation de boissons et de denrées alimentaires est interdite. Les marchés aux puces, brocantes et petits marchés de Noël sont interdits
  • les cafés et restaurants sont fermés. Le retrait sur place de plats à emporter reste possible jusqu'à 22h. Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur ou de catering professionnels sont interdits, sauf dans les hôtels pour les clients qui y séjournent et les réceptions dans le cadre de funérailles (maximum 40 personnes)
  • les nigtshops doivent fermer à 22h et la vente d'alcool y est interdite dès 20h.
  • interdiction de se trouver sur la voie publique entre minuit à 5h, sauf pour les déplacements essentiels et non reportables, tels que les déplacements pour des raisons médicales urgentes, des déplacements professionnels et le trajet entre le domicile et le lieu de travail.