Avec la réouverture imminente des commerces non-essentiels sans rendez-vous et la reprise espérée du secteur de l'horeca dans le courant du mois de mai, de nombreux protocoles sanitaires sont en train d'être élaborés. Si l'on connaissait déjà les gels hydroalcooliques, purificateurs d'air et autres parois de plexiglas pour éviter la propagation du virus, d'autres mesures sanitaires pourraient bientôt voir le jour.

En France, l'entreprise BeLifeline a récemment innové en créant des "sas de désinfection", sorte de mini-cabine par laquelle un client potentiel devrait passer avant d'entrer dans un établissement. Dans cet espace, les bactéries, poussières et virus sont attirés vers le sol grâce à un procédé d'ionisation, permettant ainsi de "réduire la charge virale portée par un individu de 99,99%", promet la firme. Une innovation qui séduit, dans l'Hexagone: la piste est d'ailleurs sérieusement envisagée par le Mouvement des entreprises de France (Medef), dont le président était en visite chez BeLifeline ce mercredi.

"Cela n'a pas de sens"   

Si cette solution technologique permet une véritable désinfection, elle n'empêche pas la propagation du virus par voie aérienne, responsable de la majorité des contaminations au Covid-19. Pour Yves Van Laethem, cette innovation ne présente dès lors pas de réelle efficacité sanitaire: " Comment pourrait-on désinfecter un virus que l'on a à l'intérieur de notre corps?" , s'interroge l'expert. " On peut désinfecter l'extérieur d'un individu, en surface, mais, ici, le virus est présent dans notre pharynx et nos voies respiratoires, donc cela n'a pas de sens". 

L'expert rappelle d'ailleurs que le virus ne se transmet que très peu via les surfaces: " Ce ne sont pas nos vêtements, notre pull, nos chaussures ou notre jeans qui vont contaminer les gens. Ce sont nos mains, et surtout nos voies respiratoires et ce que l'on postillonne ou "micro-aérosolise" . Et pour la désinfection des mains, le gel hydroalcoolique se suffit à lui-même, estime l'expert. 

"Cette idée avait déjà été envisagée à la fin de la première vague, à l'époque de la réouverture des commerces, mais la piste avait été rapidement écartée", ajoute l'expert.

Aération et purification plus efficaces

Le porte-parole interfédéral préconise plutôt des solutions d'aération et de purification d'air. " Ces idées ont plus de sens, surtout dans des locaux exigus. C'est un processus continu  qui va continuellement purifier et traiter l'air de la pièce , à l'inverse de ce système de sas dans lesquels on passe seulement au travers", explique l'expert.