Il a été annoncé vendredi que la société américaine Moderna livrerait environ 20% de vaccins anti-Covid en moins à la Belgique au cours de la première semaine de février par rapport à ce qui était précédemment prévu. Mais ce retard a en principe peu d'impact, car il concerne un nombre limité de doses. AstraZeneca avait également annoncé précédemment que moins de doses seraient délivrées que ce qui avait été convenu précédemment.

Pourtant, selon le groupe de travail sur la vaccination, il reste possible de s'en tenir au scénario de vaccination actuel, à savoir une première injection pour tout le monde en septembre. "Si les prévisions de livraisons des deuxième et troisième trimestres sont correctes, nous pourrons commencer la phase finale juste avant l'été", a déclaré le dirigeant de la task force vaccination Dirk Ramaekers. "D'ici septembre, tout le monde devrait donc avoir commencé la vaccination."

L'importance des livraisons ultérieures

La livraison plus réduite de Moderna la semaine prochaine aura donc peu d'impact sur la stratégie, selon Dirk Ramaekers. "C'est parce que ces premières livraisons sont limitées. Une semaine en moins n'est pas dramatique, mais il est important que les livraisons ultérieures plus importantes ne soient pas retardées."

"Une société pharmaceutique qui ne peut pas respecter les accords c'est évidemment ennuyeux, a-t-il également déclaré, "mais j'ai l'impression que les entreprises essaient maintenant au moins de communiquer de manière très proactive, deux à trois semaines à l'avance, s'il y a des problèmes. Cela nous aide, mais tout changement causera évidemment des ennuis."

Les premiers vaccins d'AstraZeneca en Belgique le 7 février

Les 80.000 premières doses du vaccin contre le coronavirus d'AstraZeneca à destination de la Belgique seront livrées le 7 février, a aussi indiqué, lors de la conférence de presse en ligne hebdomadaire de la task force vaccination, le patron de l'Agence fédérale des médicaments et produits de santé, Xavier De Cuyper. Une deuxième livraison de 200.000 doses est prévue dix jours plus tard, le 17 février. 

Vu le nombre limité de doses, les nouvelles vaccinations sont "plafonnées" pour ne pas mettre en péril les deuxièmes injections, a rappelé Sabine Stordeur.

Concernant les personnes qui pourront bénéficier en priorité du vaccin d'AstraZeneca, le Conseil supérieur de la Santé attend encore un rapport d'évaluation avant d'émettre sa recommandation. Celle-ci devrait tomber dans les prochains jours, afin que les premières doses puissent être administrées dès le début de la semaine suivante.