Depuis le jour de la fête des mères, le dimanche 10 mai, les Belges sont autorisés à côtoyer à nouveau leur famille ou leurs amis. Mais tout cela est strictement réglementé. Les citoyens n'ont ainsi la permission de recevoir à leur domicile que quatre personnes. Qui plus est, une fois ces quatre compagnons choisis, hors de question d'inviter dans les jours qui suivent d'autres personnes. Les contacts doivent ainsi se limiter à cette "bulle", initialement composée. Un système considéré comme complexe par un grand nombre de Belges qui ne comprennent pas, de plus, le maintien de cette limitation au vu des autres assouplissements (reprise des activités sportives, davantage de monde invité aux mariages...). Mais les jours de la "règle des quatre" pourraient bien être comptés. "Ce système a atteint ses limites", a ainsi estimé Erika Vlieghe, à la tête du groupe d'experts chargés du déconfinement (GEES), sur la VRT.

Selon les dires de la cheffe du service des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire d'Anvers, il y aurait actuellement des discussions concernant les contacts sociaux en vue du prochain Conseil national de sécurité qui se tiendra ce 3 juin. "Il y a eu beaucoup d'agitation autour de cette mesure des quatre personnes, nous voulons donc la simplifier", a détaillé l'infectiologue. 

L'objectif des experts consiste donc, avant tout, à rendre cette mesure plus compréhensible. Mais si cette dernière devrait être assouplie, elle sera tout remplacée par une autre règle qui continuera tout de même à limiter les contacts des Belges. "Nous ne devons certainement pas recommencer soudainement à côtoyer de nombreuses personnes, a précisé Mme Vlieghe. Le nombre de contacts que vous avez doit rester clair. Le virus n'est pas parti. Si vous tombez malade, vos contacts doivent pouvoir être répertoriés et testés si nécessaire."