L’humoriste Kody, l’influenceuse Silent Jill, l’animateur radio David Antoine, Tatiana la créatrice de la page FB Chroniques d’une maman débordée mais aussi les chanteuses et chanteurs Kid Noize, Henri PFR, Blanche ou Alice on the Roof… Ces personnalités francophones apportent toutes, comme Eden Hazard la semaine passée, leur pierre à la campagne de vaccination wallonne.

Leur cible principale : les jeunes, rien que les jeunes. Les messages de ces people et artistes francophones passent forcément sur les plateformes utilisées par les jeunes, les réseaux sociaux donc. "Ces publics regardent moins la télévision, lisent peu les journaux, même sur leurs smartphones", explique Valérie Sohie, directrice de la communication de la délégation Covid-19 à la Région wallonne.

Plusieurs types de capsules sont ainsi réalisées, publiées sur le site de l’Aviq puis boostées sur les réseaux sociaux vers les publics cibles. Sans oublier les people qui partagent leurs vidéos sur leurs propres réseaux. Par exemple, David Antoine a fait une vidéo dans laquelle il explique pourquoi il est important de se faire vacciner. Tous supports confondus, David Antoine a touché près de 500 000 internautes. Kid Noize et Kody ont fait de même, Blanche, Alice on the Roof et Henri PFR viendront alimenter le flux très prochainement. Tandis qu’avec ses 127 720 followers sur Facebook, la chroniqueuse Tatiana a surtout visé un public de jeunes mamans.

De son côté, l’influenceuse Silent Jill a participé au podcast didactique jemevaccine.be d’une quarantaine de minutes où elle évoque le sujet en profondeur. Elle a demandé à sa communauté Tiktok et Instagram quelles étaient leurs questions sur la vaccination. Puis a interrogé un spécialiste dans un podcast qu’elle a publié sur Instagram et TikTok. Au total, elle a pu toucher près de 900 000 followers. Ces podcasts "jemevaccine.be" sont également diffusés sur les plateformes telle que Spotify, Deezer, Apple.

Outre ces "macro-influenceurs", l’Aviq va désormais travailler avec des "micro" et "nano" influenceurs, soit des personnalités disposant d’entre 10 000 et 50 000 followers, et moins. "Les ‘macro influenceurs’ sont les plus visibles", poursuit Valérie Sohie. "Ils sont en contact avec énormément de gens mais ont moins l’occasion d’avoir une relation intime avec leurs followers. Les plus petits influenceurs ont un lien plus étroit avec leurs communautés, la capacité d’écoute est plus forte, l’échange est plus soutenu. Cela nous permet donc de couvrir toutes les cibles possibles." L’autre intérêt d’investir les réseaux sociaux concerne la présence massive des antivax, particulièrement présents et agressifs vis-à-vis des jeunes sur les réseaux.

Reste que le meilleur ambassadeur wallon du vaccin pour l’instant, c’est Eden Hazard, via sa vidéo postée la semaine passée. En espérant que les autres Diables rouges suivent son exemple.