Le ministre de l’Emploi Pierre-Yves Dermagne (PS) a présenté ce mercredi après-midi les résultats provisoires des élections sociales 2020. Ce scrutin concernait un peu moins de deux millions de travailleurs en Belgique, occupés dans des entreprises privées à finalité commerciale ou sociale. Ils étaient appelés à élire leurs représentants au comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT, dans les entreprises de 50 travailleurs ou plus) et au conseil d’entreprise (CE, là où il y a 100 travailleurs ou plus).

Scrutin reporté

Ce scrutin, qui revient tous les quatre ans, était initialement programmé au printemps. La première vague de coronavirus a cependant entraîné son report à l’automne. Il s’est déroulé du 16 au 29 novembre. En raison de la situation sanitaire, beaucoup d’entreprises ont recouru au vote par correspondance ou au vote électronique, afin d’éviter les attroupements dans les bureaux de vote.

Participation en baisse

Un des enjeux principaux résidait dans la participation au vote. En 2016, le taux de participation était de 66 %, soit 5,5 % de moins qu’en 2012. La participation allait-elle à nouveau diminuer ? La réponse est oui. La participation est en effet à nouveau en baisse, de près de 3 %. Mais on aurait pu penser qu’elle diminuerait davantage, sous l’effet du vote à distance et de l’absence d’une réelle campagne électorale dans les entreprises, en raison du télétravail. Pour le CPPT, le taux de participation passe de 66 % en 2016 à 62,9 % en 2020. Pour le CE, il passe de 63,9 % à 61 %. Précision : pour déterminer ce taux de participation, il est tenu compte uniquement des entreprises dans lesquelles le vote a effectivement eu lieu.

Davantage de femmes élues

Autre enjeu, la représentation féminine. À chaque scrutin, la proportion de femmes parmi les élus progresse, sans pour autant atteindre le niveau qui est le leur au sein du personnel des entreprises (un peu plus de 50 % globalement). En 2020, le taux de femmes parmi les élus a encore légèrement augmenté, passant à près de 40 %.

Les libéraux en progrès

Mais quel syndicat a remporté ces élections ?, demanderez-vous. Sur ce point, comme de coutume, les résultats sont très stables par rapport aux scrutins passés. Le syndicat libéral CGSLB continue à grappiller des voix aux deux grands que sont le syndicat chrétien CSC et le syndicat socialiste FGTB. Mais la CSC reste de loin (et dans les trois régions du pays) le premier syndicat, avec 51,4 % des voix exprimées au CPPT (contre 51,8 % en 2016) et 50,3 % au CE (contre 51 % en 2016) . La FGTB emporte 35,5 % au CPPT (contre 35,8 en 2016) et conserve 35 % au CE. La CGSLB, de son côté, passe de 12,4 % des voix en 2016 à 13,2 % en 2020 pour le CPPT. Et de 12,2 % à 13,1 % au CE. Pour le CE, notons enfin que la Confédération nationale des cadres emporte 1 % des voix et les listes indépendantes 0,6 %.

© IPM