Mercredi soir, sur le plateau de la RTBF dans l'émission "A votre avis", plusieurs invités sont venus s'exprimer concernant le rebond de l'épidémie dans notre pays et le variant sud-africain qui inquiète beaucoup l'Europe depuis plusieurs jours maintenant. Emmanuel André, microbiologiste à la KULeuven, s'est penché sur le problème que pose ce variant et a expliqué qu'il fallait vraiment faire attention aux personnes qui se rendaient à l'étranger en ce moment. 

"Les voyages, ça a toujours été un problème", a expliqué l'ancien porte-parole interfédéral. "On sait que cet été, avec le tourisme de masse qu'il y a eu, ça a rapporté à nouveau beaucoup de cas en Belgique. Aujourd'hui, en plus de l'importation de nouveaux cas, il y a ce variant, qui est encore beaucoup plus contagieux, qui circule. On sait aussi que, durant les vacances de carnaval, il y aura à nouveau cette tentation, cette volonté d'aller s'échapper, et cette volonté est légitime", a reconnu Emmanuel André, qui pointe un pays en particulier : la Suisse, sans la citer.

"Il y a un pays en Europe qui a dit 'Nous nous ouvrons nos pistes et nos restaurants et, en plus, on accepte des regroupements d'autant de personnes'. Des mesures qui étaient beaucoup plus agréables qu'en Belgique et cela a créé un appel d'air. Et maintenant c'est au reste de la société d'encaisser." 

Emmanuel André a estimé que, pour lui, la solution la plus radicale pour éviter la propagation du variant était de "diminuer au maximum tout ce qui est mouvement. C'est nécessaire. On n’a pas le choix. On doit déjà agir maintenant. On sait que des mesures comme celles-là mettent du temps à s’implémenter. Si on veut restreindre très fort les voyages, il ne faut pas prévenir les gens à la dernière minute." 

Si le microbiologiste a exprimé sa volonté que des mesures soient prises urgemment, c'est parce qu'il a jugé que le gouvernement a été trop "lax(iste)" dans ses décisions.