Les autorités avaient déjà reçu plus de 200.000 formulaires lundi matin, indique la porte-parole du SPF Santé publique, Vinciane Charlier. Entre 1.500 et 2.000 personnes sont arrivées par jour depuis des zones rouges. Elles doivent donc réaliser un test de dépistage et respecter une quarantaine de 14 jours.

Entre 7.000 et 9.000 personnes supplémentaires sont, par ailleurs, rentrées dans le pays quotidiennement depuis des zones oranges. Elles sont quant à elles invitées à contacter leur médecin généraliste pour se faire dépister et à se mettre en quarantaine, mais il ne s'agit pas d'une obligation.

Le suivi de personnes en quarantaine est toujours en cours d'élaboration. "En rassemblant les données du traçage de contacts, des formulaires des voyageurs et des laboratoires, nous pouvons savoir qui n'a pas encore été testé", a déclaré le secrétaire de la Conférence interministérielle de la santé publique, Pedro Facon, au Nieuwsblad. Coopérer avec les autorités locales est également possible.

Les chiffres du SPF Santé publique sont peut-être encore sous-estimés: les contrôles ont montré que de nombreuses personnes n'avaient pas rempli le formulaire avant leur retour. La police a notamment contrôlé 51 véhicules samedi sur la E40 à Adinkerke, dont seulement 18 étaient en règle. A partir de cette semaine, les agents infligeront une amende si le formulaire n'est pas rempli, confirme la porte-parole Jana Verdegem.

Le système de codes de couleur pour les voyages sera par ailleurs peut-être adapté. Le groupe d'experts fédéraux Celeval en discutera mardi. Le système actuel est source de frustration, tant pour les voyageurs que pour les pays dont la couleur change.