Les nouvelles mesures sans précédent ont créé chez les Belges un véritable élan de solidarité.

Écoles, restaurants et bars fermés : les mesures annoncées par la Première ministre, Sophie Wilmès, ce jeudi 13 mars sont conséquentes. Elles viennent s'ajouter à une série de dispositions déjà adoptées plus tôt dans la semaine.

Les nouvelles annonces ont suscité une vive anxiété, entraînant des files interminables et des rayons vides dans les supermarchés. Mais un élan de solidarité s'est aussi très rapidement développé. Sur plusieurs pages Facebook, les messages de soutien ont afflué. Les principales cibles de ces attentions ? Les personnes âgées. Celles-ci se retrouvent fortement isolées face à l'épidémie de coronavirus. Les Belges sont nombreux à se dire prêts à se mobiliser pour les seniors.

"Si des personnes âgées ou fragilisées ont besoin de faire leurs courses, je me porte volontaire", écrit une habitante de Schaerbeek sur une page réservée aux habitants de la commune bruxelloise. Elle n'est pas la seule à émettre ce type de proposition. À Braine-le-Château également, des citoyens s'inquiètent pour les plus âgés. Pour leur venir en aide, un document partagé a été créé. Les volontaires, ainsi que les personnes souhaitant un coup de main, sont invités à laisser leurs coordonnées. Les deux personnes peuvent ensuite prendre contact pour convenir du type d'appui qui peut être fourni.

Les seniors ne sont pas les seuls à faire l'objet d'un tel mouvement de solidarité. Suite à la suspension des cours, les enfants se retrouvent à la maison. Certains parents se voient toutefois dans l'incapacité de les garder. Ne sachant pas encore comment fonctionnera le service d'accueil dans les établissements scolaires, une Bruxelloise propose d'organiser des tournantes pour garder les bambins. "Cela permettra aux parents de continuer à travailler", écrit une maman à l'origine de l'initiative à Bruxelles.

Enfin, le secteur de l'Horeca et les commerces sont largement évoqués dans les messages de soutien. "Courage à tous nos petits restaurants, bars et cafés qui seront impactés", "Pensée à nos commerçants", "Mon soutien va à ces commerces qui seront lourdement touchés par les nouvelles mesures": les petits mots se multiplient sur les pages Facebook des différentes villes bruxelloises et wallonnes. Au-delà des pensées, plusieurs actions sont mises en place pour aider l'Horeca. À Namur, un groupe se dédie entièrement à la publication des menus des restaurants qui, obligés de fermer leurs portes à la clientèle, se transforment temporairement en traiteurs. D'autres villes invitent les citoyens à commander dans les restaurants, pour qu'ils puissent continuer à vivre. "Plutôt que de se précipiter dans les magasins et de les dévaliser, montrons notre soutien aux restaurateurs", peut-on lire. Certains vont même plus loin. "Réservez et payez un acompte au petit restaurant sympa que vous voulez voir redémarrer après la crise sanitaire", suggère une Wavrienne. "Dans 15 jours, on revient vider les comptoirs... comptez sur nous...", déclare également une Schaerbeekoise.