Les mesures de respect de la vie privé ne permettent pas de savoir combien de personnes ont été prévenues par ce biais qu'elles étaient à risque (avec l'écran rouge) ni combien se sont dès lors fait tester. De plus, l'application fonctionne sur principe du l'utilisation volontaire par des gens, qui peuvent l'utiliser et informer leurs contacts en cas d'un résultat positif.

On sait par contre que plus de 25.000 personnes ont reçu le résultat de leur test via l'application. Environ 15% ont reçu un résultat positif; 2.500 d'entre elles ont accepté de partager leurs données pour informer d'autres utilisateurs au cours des 20 premiers jours, soit environ 70%.

Les contacts qui ont été avertis et qui présentent des symptômes consultent un médecin: en moyenne, 12% d'entre eux sont positifs, ce qui est légèrement supérieur à ceux qui n'ont pas reçu d'avertissement.

Pour les informations les plus récentes: au cours des 24 dernières heures, plus de 3.000 personnes ont reçu le résultat de leur test dans l'application. 500 étaient positives et 400 (85%) ont accepté de partager ces données.

"La nouvelle stratégie de test aura également un impact sur les résultats de l'application, mais nous appelons les citoyens et les médecins généralistes à utiliser l'application", souligne Karine Moykens, présidente du Comité interfédéral Testing & Tracing. "Non seulement parce que l'utilisateur obtiendra les résultats dans l'application, mais les contacts seront également informés et pourront ainsi être mis en quarantaine plus rapidement. De cette façon, l'application peut continuer à soutenir le suivi des contacts."

"Chaque personne qui est notifiée est une personne qui peut être tracée plus rapidement et qui peut infecter moins de personnes. Par conséquent, nous continuerons à explorer d'autres possibilités pour augmenter le taux d'adoption".