Interviewée par nos confrères de Het Laatste Nieuws, l'experte Erika Vlieghe a expliqué qu'exercer ses fonctions durant cette pandémie n'est pas toujours chose facile. La semaine dernière, elle a notamment déclaré que l'Horeca n'était pas sur le point de rouvrir au vu des derniers chiffres. Suite à quoi, elle a reçu plusieurs messages désobligeants voir violents. Certains lui demandent en autre de démissioner et de mettre fin à ses jours, une situation douloureuse pour la membre du conseil d'experts. " Je sais que beaucoup de gens ont des difficultés, mais après tout, je ne fais que dire la vérité. Mais me faire taire? Personne ne le peut", confie-t-elle.

"Comme beaucoup de gens, je me sens limitée dans ma liberté, et je comprends que c’est un grand test de stress pour notre société (...) Malheureusement, une pandémie expose aussi psychologiquement certaines des vulnérabilités de notre pays. La Belgique avait déjà l’un des taux de suicide les plus élevés, et je ne m’attends pas à une tendance positive pour cette année", a-t-elle poursuivi.

Erika Vlieghe a même avoué que pour aller mieux, elle a été suivie par un spécialiste. "Il faut beaucoup de temps et d’argent pour trouver le bon spécialiste. Mais ça ne doit plus être un sujet tabou”, a-t-elle conclu.