Tout à la fois politicien, diplomate et homme d'affaires, Étienne Davignon est une figure célèbre du paysage belge. Selon lui, la communication dramatique autour de la pandémie de coronavirus est quelque peu amplifiée: "Je trouve qu'il y a un côté anxiogène que l'on exagère. La contamination n’a jamais dépassé 1%, 1,5% de la population”, argumente-t-il, "Il y a donc 98% des gens qui sont relativement bien passés à travers cette période. Alexander De Croo parle toujours des 11 millions mais on devrait aussi parler des 98% de ces 11 millions qui ont réussi à passer au travers", affirme-t-il.

Mr Davignon estime cependant que le marasme économique dans lequel la Belgique se dirige suite aux mesures prises pour lutter contre le Covid-19 était inévitable: "Nous n'avons pas le choix dans ce genre de situations. On fait des comparaisons qui sont fausses par rapport à la guerre", explique-t-il. "Pendant la guerre, vous avez un ennemi identifié. Ici, nous sommes dans une situation difficile à cerner pour laquelle on essaye de faire au mieux".

Par ailleurs, d'après le ministre d’État, les personnes compétentes font ce qu'elles peuvent au moment présent: "J'ai toujours été agacé par les gens, quand ils connaissant la fin de l'histoire, expliquent ce qu'on aurait dû faire. Il faut un peu d'indulgence à l'égard des gens qui rencontrent l'inconnu", conclut-il.