S'exprimant à Courtrai, qui fût le théâtre de la "Bataille des éperons d'or" en 1302, il a également fait part de son souhait d'impliquer autant de gens que possible dans "le renforcement du sentiment communautaire". La pandémie a également influencé la cérémonie organisée traditionnellement à la veille de la Fête de la Communauté flamande au lieu dit 'Groeningekouter'. Le discours lui-même du ministre-président a été raccourci.

Jan Jambon a jeté un regard dans le rétroviseur des derniers mois pour exprimer sa compassion à l'égard de ceux qui ont perdu des proches, rendre hommage aux flamands qui ont continué à travailler malgré le virus, non seulement le personnel soignant, mais aussi "les héros moins visibles" comme les éboueurs, les caissier(e)s et les chauffeurs de bus.

Il a averti que la crise n'était pas encore passée et que la "détresse économique la plus grave" devait sans doute encore arriver. Mais à ses yeux, la Flandre a les atouts et la capacité de persévérance pour surmonter la crise.

Le ministre-président a par ailleurs lancé un appel à tous les flamands: "Je fais appel à vous, jeune et plus âgé, travailleur et employeur, fonctionnaire et indépendant: dressons le dos, épaule contre épaule, pas seulement pour faire remonter dans les tours notre économie endormie, mais certainement aussi pour donner forme à notre tissu social et à notre nation flamande", a-t-il ajouté.