Cette décision a été prise à la suite d'un projet pilote à grande échelle, qui a reçu une évaluation positive. L'objectif est de poursuivre le déploiement des tests rapides pour maîtriser plus rapidement l'épidémie. Ces trois dernières semaines, une dizaine de cabinets de généralistes et six centres de test répartis dans tout le pays ont employé les tests rapides à titre expérimental. Ils ont été utilisés sur les patients présentant des symptômes suspects de Covid-19 depuis maximum cinq jours. Ces tests permettent d'obtenir des résultats en quinze minutes.

Le nombre de tests réalisés dans les cabinets de généralistes est nettement plus élevé que dans les centres (60% contre 18%). Cette différence s'explique par le nombre plus important de personnes asymptomatiques qui se présentent dans les centres de test, après un contact à haut risque d'infection ou un séjour à l'étranger par exemple. Ces personnes ne sont pas éligibles au test rapide.

Pour les médecins généralistes, travailler avec des tests rapides offre un avantage important, ajoute Domus Medica. "Si le médecin généraliste peut exclure plus rapidement l'infection au Covid-19 chez un patient malade, il peut établir un autre diagnostic. Si le patient est testé positif, le médecin généraliste peut immédiatement discuter des résultats et donner des instructions."

La responsable de la recherche, la professeure Ann Van den Bruel, est satisfaite des résultats. "Nous pouvons commencer à déployer des tests rapides dans tous les cabinets de médecins généralistes et dans tous les centres de test et de tri. La rapidité des tests permet d'augmenter la prise en charge individuelle du patient et le suivi des contacts peut être lancé immédiatement. De cette façon, nous pouvons contrôler l'épidémie plus rapidement."