Invité dans la matinale de Bel RTL, Frank Vandenbroucke a tout d'abord été interrogé sur la montée "spectaculaire" des variants dans notre pays et le fameux rapport alarmant transmis par les experts. Pour le ministre de la Santé, il faut suivre l'avis de Marius Gilbert qui veut jouer la prudence tout en indiquant que les mesures mises en place tiennent bon. "On sait que ce variant britannique se développe chez nous et qu'il est nettement plus contagieux. Ce que nous avons trouvé dans le rapport n'était pas surprenant. On peut craindre, qu'à terme, le variant britannique devienne dominant mais les mesures que nous avons prises sont aussi efficaces contre ce variant. Dans l'optique qu'il n'y a pas de failles dans notre comportement, nous sommes protégés. Par contre, s'il y en a, le prix à payer sera plus dur", a indiqué le socialiste.

Concernant les écoles, un récent rapport a indiqué qu'il y avait plus de contagions chez les 5-12 ans que chez les adolescents.

"C'est un rapport encourageant car il montre que le variant circulait dans différentes écoles mais le taux de contamination n'était pas très fort au final, cela veut dire que des écoles respectent à la lettre les consignes." Pour le ministre de la Santé, hors de question de fermer les établissements scolaires à l'heure actuelle. "Il ne faut pas mettre en place une mesure de fermeture générale. Il faut qu'elles restent ouvertes. Il faut par contre mettre en place une stratégie de testing plus répétitive. Le pays a la capacité de le faire car nous le faisons déjà lorsqu'il y a une flambée de contaminations dans des écoles', a-t-il expliqué.

Pour Frank Vandenbroucke, une nouvelle façon de se faire tester devrait voir le jour d'ici peu. "Je pense que nous pourrons bientôt lancer le testing répétitif du corps enseignant via un test salivaire. Ce n'est pas encore décidé mais je sais que les différents ministres de l'Enseignement sont très intéressés par cette stratégie. Il y a d'ailleurs des discussions en cours avec la task force testing. Cela permettra d'agir très vite et de façon précoce en cas de cluster dans une école et donc de permettre aux établissements de rester ouverts, ce qui est tout de même un objectif social ultra-important."

Si l'idée est déjà sur la table, il ne faut pas s'attendre à voir cette stratégie débuter dans les prochains jours. "Il faut encore avoir les accords et mettre en place toute la logistique qui sera compliquée car il faudra faire venir de nombreux kits de tests afin de faire tester tout le personnel enseignant chaque semaine. Je suis preneur de cette stratégie, les ministres de l'Enseignement sont intéressés de la mettre en place et la task force testing veut la lancer. En tant que ministre de la Santé, je veux bien financer une partie de la stratégie au niveau du fédéral."