Alors que les commerces non essentiels peuvent à nouveau ouvrir leurs portes à partir de ce mardi 1er décembre, le week-end chahuté pourrait tout remettre en question. Alors que la police est intervenue à Bruges et à Bruxelles ce week-end pour tenter de faire respecter la distanciation sociale, c'est le ministre de la Santé lui-même qui a apporté des précisions ce lundi.

Frank Vandenbroucke a lancé un avertissement important dans Het Nieuwsblad avant la réouverture tant attendue des commerces : "Le nouvel arrêté ministériel est clair, les commerces non essentiels ne pourront pas rouvrir là où les bourgmestres ne pourront pas garantir qu'il n’y aura pas de mouvements de foule. Et cette responsabilité cruciale incombe aux bourgmestres”.

Si les bourgmestres ne parviennent pas à faire respecter les distances dans les artères commerçantes, ils ne peuvent pas autoriser les magasins à rouvrir leurs portes”, a terminé le ministre de la Santé en mettant la pression sur les bourgmestres.

Dans De Morgen, Marc Van Ranst a aussi donné son avis: “Nous sommes un peuple têtu. Ce n'est pas un jugement, mais une constatation. Vous pouvez dire ce que vous voulez, que nous sommes un pays à forte densité de population, que nous sommes mal dirigés, mais il faut parfois aussi faire un peu d’introspection et reconnaître que nous ne suivons pas les règles."

Pour rappel, le président du conseil de sécurité néerlandais, Hubert Bruls, a appelé à "faire quelque chose" pour tenter de réduire l'afflux des excursionnistes belges qui viennent faire leurs achats avant la Saint-Nicolas et Noël aux Pays-Bas, à Maastricht notamment.