Frank Vandenbroucke est revenu sur la décision de la Belgique d'administrer le vaccin Johnson & Johnson uniquement aux plus de 41 ans suite au décès d'une femme quelques jours après avoir reçu une injection de ce vaccin. La décision est temporaire, dans l'attente des résultats de l’enquête de l’agence européenne des médicaments.

Frank Vandenbroucke est tout d'abord revenu sur l'utilisation du vaccin Janssen (Johnson & Johnson) :"La décision est nuancée. D'abord parce que ce vaccin est utilisé pour la vaccination à domicile des personnes âgées et d’autres qui sont vulnérables. Nous poursuivons cette campagne sans limite d’âge pour la simple raison que le vaccin Janssen présente un avantage décisif : c’est qu’il ne faut qu’une seule dose. Donc il n’y a pas vraiment d’alternative pour la vaccination à domicile. Ensuite, en ce qui concerne la population générale, le vaccin Janssen ne joue qu'un rôle extrêmement limité, marginal, car nous attendons les livraisons. Il a donc été facile de dire "temporairement, on ne va pas les utiliser sur les moins de 41 ans"".

Cela signifie donc que pour le moment, il n'y aura pas de ralentissement dans la campagne de vaccination, car ce vaccin était peu utilisé. Mais le ministre de la santé confirme que cela pourrait changer d'ici peu: "Si d'ici deux à trois semaines, Johnson & Johnson venait à nous envoyer des centaines de milliers de doses, cela deviendrait une question vraiment importante pour la campagne. Donc on a le temps d’attendre l’analyse approfondie de l’Agence européenne."

Si une dame est bien décédée à Bruxelles suite à une dose de ce vaccin, dose administrée en dehors de la campagne de vaccination belge, elle serait le seul cas sur plus d'un million trois cent mille doses.

En ce qui concerne les voyages, Frank Vandenbroucke pense que certains pays vont demander un vaccin afin d'entrer sur leur territoire: "Au niveau de l'Europe il est clair que de nombreux pays vont dire:" Si vous voulez nous visiter, il faudra être vacciné." Et à juste titre. Quand on est vaccinés et qu'on voyage en Europe, les pays ne vont pas demander une quarantaine."