Pour Madeleine Dewachter, les temps sont difficiles en cette période de coronavirus. Résidente d'une maison de repos à Ostende, cette dame de 90 ans a été filmée il y a quelques semaines par sa fille Liliane Goderis alors qu'elle venait d'apprendre qu'elle allait devoir observer une quarantaine de deux semaines seule dans sa chambre. Elle venait de recevoir la visite de sa fille et de son fils, avec qui elle s'était autorisée une petite balade dans le parc à l'extérieur de la maison de repos.

Or, les résidents de maisons de repos en Flandre ne pouvaient alors recevoir la visite que d'une seule personne. "Nous avons pleuré pendant 45 minutes", explique Liliane Goderis, qui a partagé la vidéo sur les réseaux sociaux.

"Mon frère venait de lui donner une tasse de café quand nous avons été "surpris'', explique-t-elle à nos confrères de HLN. "J'avais par hasard un jour de libre et je voulais lui rendre visite. Oui, nous avons enfreint les règles. Mais c'est tellement drastique. Le règlement de la maison de repos détermine tout et nous sommes obligés de nous plier à ce qui est dit ou écrit", regrette-t-elle.

Madeleine Dewachter a, en théorie, le droit de recevoir la visite de deux personnes différentes. Il s'agit précisément de Liliane et de son frère. "La seule chose qui n'a pas été fait correctement, c'est que mon frère n'était pas encore enregistré au moment de la visite. On a l'impression d'avoir été traités comme des petits enfants."

Dans la vidéo, Madeleine semble complètement désemparée. "Si j'avais fait quelque chose de mal, j'aurais pu comprendre... Mais je n'ai rien fait de mal. Ici, cela ressemble à une prison", répète-t-elle.

Face à une telle détresse, Liliane a même envisagé d'accueillir sa mère chez elle. "Mais ce n'est pas aussi simple car elle a besoin de soins 24h sur 24..."

Depuis cette vidéo, Madeleine Dewachter a pu recevoir de nouvelles visites. Mais selon sa fille Liliane, elle a été fortement marquée par cet épisode. "Elle a maigri et a des troubles du sommeil. Elle s'agite et crie la nuit. Son coeur ne peut plus supporter ça. Si elle continue à ressentir ces émotions, quelque chose de dramatique va arriver."

Marc Van Ranst réagit

La vidéo suscite une telle vague d'indignation en Flandre que Marc Van Ranst a lui aussi réagi. "C'est scandaleux", a tweeté le virologue de la KUL. "Cher ministre, faites quelque chose".