Le service d'assistance Touring a prévenu jeudi qu'il ne fournira pas d'assistance voyage aux personnes qui se rendraient délibérément vers une destination qualifiée de "zone rouge" par les autorités. Touring et Mutas, l'assistance voyage de différentes mutualités, fourniront par contre toujours leurs services aux voyageurs partis au moment où une "zone à risque" était encore "verte" au moment du départ. Toute personne inscrite chez Touring et qui partirait vers une "zone rouge" se retrouverait immédiatement sans couverture. Quitter la zone sera alors la seule solution. "C'est facile pour ceux qui voyagent en voiture. Les autres devront s'arranger avec les compagnies aériennes", explique le porte-parole du service d'assistance, Danny Smagghe. Les personnes qui se trouvent en "zone orange" resteront cependant couvertes par Touring.

Touring et Mutas maintiendront par contre l'assistance pour les personnes qui se retrouveraient dans une zone dont le code couleurs est subitement passé de "vert" à "rouge". De même que pour Touring, toute personne ayant choisi de partir dans une zone qu'elle savait "rouge" au moment du départ ne bénéficiera pas des services d'assistance de Mutas. La question des zones oranges n'est donc pas encore tout à fait claire. "C'est très embêtant du point de vue des assurances. Il aurait été préférable de n'avoir que deux options", estime Annie Ceron, directrice de Mutas.

Les vacanciers qui chercheraient à annuler leur voyage en raison du code couleurs "orange" ou "rouge" attribué à leur pays de destination par les autorités ont de grandes chances d'être, eux aussi, déçus. "L'assurance annulation peut être invoquée dans certains cas de figure mais il faut, pour en bénéficier, généralement que le voyageur soit malade", explique Wauthier Robyns, porte-parole de la fédération des assureurs Assuralia. Le changement du code couleurs d'une destination ne sera, dans la plupart des cas, pas un motif d'annulation valable.