Après le manque de masques au début de la crise sanitaire, après la saturation des centres de testing au début de la seconde vague, la question qui occupe les autorités du pays est celle de la vaccination. Celle-ci étant de la prévention, ce sont les trois gouvernements régionaux du pays qui sont compétents pour organiser cette opération de grande envergure. Certes, l’ensemble de la stratégie est fédérale. Mais l’opérationnel est régional. La Flandre a présenté sa stratégie, mercredi. Jeudi c’était au tour des Wallons (et des Bruxellois, voir par ailleurs).

1. Le personnel hospitalier

C’est à partir du 18 janvier que commencera la vaccination pour le personnel des hôpitaux du sud du pays. Ils sont 82 000 répartis dans 38 hôpitaux (100 sites).

© Gouvernement wallon

2. Les structures collectives wallonnes

Le 25 janvier commencera la vaccination dans les structures collectives de Wallonie, à l’exception des maisons de repos où la vaccination est déjà en cours. Il s’agit ici des structures pour l’accueil des personnes atteintes de handicap, les structures d’accueil en santé mentale, etc. La vaccination aura lieu dans les établissements même - 50 000 personnes sont concernées.

3. Les professionnels de la santé en première ligne

Au début du mois de février, ce sont les médecins généralistes, les pharmaciens, les kinés, les infirmiers et infirmières à domicile, etc., qui seront vaccinés. Le gouvernement wallon avance un chiffre avoisinant les 112 000 personnes.

Pour exécuter cette phase, 32 centres de vaccination seront mis en place. Il s’agit de 19 hôpitaux, répartis sur l’ensemble du territoire et qui disposent de frigo à - 80 degrés pour conserver les vaccins Pfizer. Onze autres hôpitaux seront chargés d’inoculer le vaccin Moderna.

Enfin, certaines personnes seront invitées à se rendre dans un des deux centres majeurs installés à Ronquières (Hainaut) et à Bierset (Liège).

4. Les plus de 65 ans et les personnes à risques

La phase suivante débutera dans le courant du mois de mars. Cette phase devrait toucher près d’un million de personnes. Il s’agit des Wallons âgés de 65 ans et plus, des personnes de 45 ans et plus considérées comme étant à risques ainsi que des personnes de moins de 45 ans qui présentent elles aussi des comorbidités (hypertension, diabète, etc.). Est aussi visé le personnel dans les fonctions essentielles (police, protection civile, postiers, enseignants, etc.). La liste de ces fonctions essentielles doit encore être affinée.

Les centres majeurs de Bierset et Ronquières seront complétés par sept autres centres du même type. Ils seront situés à Tournai, Mons, Charleroi, Namur, Ottignies/Louvain-la-Neuve, Marche-en-Famenne et Verviers. Il y aura également 24 centres de proximité (plus petits) et 21 centres mobiles (des bus de la médecine du travail) afin de couvrir l’ensemble du territoire wallon.

5. Le grand public

Enfin, la dernière phase qui doit débuter en mai ou en juin et qui pourrait durer quatre mois sera consacrée à la vaccination du grand public, soit près de 1,5 million de personnes. La campagne aura lieu dans les 54 centres de vaccinations renseignés plus haut. Pour l’heure, la mise en pratique de cette phase n’est pas encore complètement établie. Il est question, par exemple, de la phaser en fonction des tranches d’âge. En tout, la Wallonie compte vacciner près de 2,8 millions de personnes. "Mais toutes ces procédures pourraient être revues en cours de route, parce que les choses changent vite", explique la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS). En effet, tout dépendra de la rapidité avec laquelle les vaccins continueront à arriver, de l’efficacité des centres et de l’attitude de la population.

© Gouvernement wallon

6. Comment les personnes seront convoquées?

La grande question qui subsiste après la lecture de cet agenda concerne la procédure. "Chacun recevra un document par la poste, par SMS ou par mail en fonction des renseignements repris dans les listes électorales", explique Elio Di Rupo, ministre-Président wallon (PS). "Dans cet envoi, il y aura une proposition de rendez-vous reprenant un créneau horaire et un centre. Il suffira ensuite de valider le rendez-vous auprès de la plateforme fédérale en ligne ou via un numéro de téléphone", explique le Monsieur Corona de la Région wallonne, Yvon Englert. Les centres de vaccination seront ouverts entre 7 h et 22 h. Il n’est pas question de vacciner pendant la nuit, comme l’envisage la Flandre. "Les personnes qui seront chargées de la vaccination seront des professionnels de la santé qui sont déjà sollicités de manière importante, je nous vois mal leur demander de venir vacciner des gens à trois heures du matin", a expliqué Yvon Englert.

© Gouvernement wallon