Les (candidats) passagers qui feraient état d'une température supérieure à 38°C à trois reprises sont interdits de voyage depuis l'aéroport national, a réagi mercredi Brussels Airport, après une information contradictoire émise dans les colonnes du Standaard par le professeur Dirk Devroey de la VUB. Celui-ci estimait que le moyen de contrôle - un questionnaire à l'issue de trois tests de température supérieurs à 38°C - était "trop facile à contourner" pour ceux qui souhaitent tout de même prendre l'avion. Selon Brussels Airport, ce qui est déterminant pour accepter ou non un passager dans le terminal, et donc à bord, c'est le troisième test de température - qui après deux premiers tests via une caméra thermique est effectué manuellement pas un médecin - et non le questionnaire qui sert, lui, à préparer un document à remettre à son médecin traitant et à la compagnie avec laquelle le passager a réservé.

"La procédure a été mise au point en collaboration avec les compagnies aériennes", précise la porte-parole de Brussels Airport, Nathalie Pierard.

Selon De Standaard, 4.500 des 250.000 passagers (2%) qui se sont présentés à l'aéroport entre le 15 juin et le 15 juillet présentaient une température supérieure à 38°C. Mais l'analyse de ces premiers chiffres ne permet pas encore de savoir combien ont finalement embarqué ou été renvoyés chez eux.