La situation est pour le moins ironique. Andrea Rea, sociologue spécialiste de l’immigration et ancien doyen de la faculté des sciences sociales de l’ULB, s’est vu refuser sa demande de nationalité belge car l’administration n’estime pas avoir de preuve de son intégration. 

Fils d’immigrés italiens venus en Belgique dans les années cinquante, Andrea Rea a conservé la nationalité de ses parents. Le sociologue bruxellois n’a jamais effectué la demande pour obtenir la nationalité belge. "C’était une forme de résistance : je ne veux pas oublier, je garde le statut d’étranger. Tout en sachant que c’est un luxe que je peux me payer en étant européen", explique-t-il au journal Le Soir

Il y a quelques mois pourtant, il se décide à passer le cap et introduit une demande auprès de l’administration. Quand le verdict tombe, surprise : c’est un refus. Le courrier qu’il reçoit de l’administration indique qu’il n’a apporté aucune preuve ni de sa connaissance d’une des trois langues nationales, ni de son intégration sociale, ni de sa participation économique, nécessaire pour prouver sa citoyenneté, selon la procédure. Derrière cette décision, un imbroglio administratif. La Fédération Wallonie-Bruxelles a estimé que le professeur avait le statut de fonctionnaire tandis que le parquet n’a pas partagé cette analyse (car il enseigne dans une université privée, l’ULB). Résultat : il lui manquait des documents pour valider la demande de nationalité. Documents qui n’ont pas pu être demandés à la commune d’Ixelles étant donné que le dossier a été traité assez tard par le parquet.

Professeur à l’ULB depuis plus de vingt ans, M. Rea a écrit plusieurs ouvrages (en français et en anglais) consacrés à la migration et à l’intégration. "Après 40 ans passés à cotiser, j’ai trouvé ça violent et incompréhensible. Le pire, c’est que j’ai travaillé sur cette loi. Émotionnellement, ça a été un choc", confie-t-il dans Le Soir.

Le professeur de l’ULB a introduit un recours de la décision et s’attend désormais à une réponse favorable. "Je souhaite surtout attirer l’attention sur tous les invisibles connaissant la même situation", déclare-t-il avec philosophie.