Jacques Gorteman, à la tête de la police de Molenbeek parle d'anarchie causée par l'incivilité de certains individus en cette journée interdite aux autos dans la capitale

C'est cette semaine que Jacques Gorteman quittera la tête de la zone de police Ouest (Molenbeek, Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Koekelberg et Jette) pour prendre les manettes de l'Erip, l'école de police bruxelloise. En attendant, le commissaire-divisionnaire, toujours aux commandes d'une des plus grandes zones de police de la capitale, pousse un coup de gueule contre la journée sans voiture, organisée dimanche dernier à Bruxelles.

"L'idée est excellente et c'est un plaisir de pouvoir rouler ainsi à vélo en (relative) sécurité mais c'est pénible de voir le côté anarchique dû à l'incivilité de beaucoup (trop) de citoyens. Non pas des citoyens mais des individus", nous lâche-t-il. Une anarchie causée aussi, selon le commissaire-divisionnaire par un nombre trop important de laissez-passer accordés aux véhicules ce jour-là. Mais pas seulement.

 "J'ai constaté  une indiscipline dans de nombreux quartiers, aucun respect du code de la route !" s'exclame le chef de la police locale molenbeekoise qui ne vise par ailleurs uniquement son territoire. "Je me suis promené à de nombreux endroits de Bruxelles et j'ai constaté quasi la même chose partout.  Des  enfants qui jouent sur la rue, des  piétons sur la chaussée et et non  sur le trottoir, le non respect des feux de signalisation, les vélos ou autres deux roues à contre-sens, des gamins de moins de 5 ans rouler avec des tricycles n'importe où. La police n'a cessé de faire des remarques face à cette absence totale de respect des règles", déplore le commissaire-divisionnaire pour qui cette journée constituait davantage une mise en danger des usagers faibles qu'un réel moment de plaisir dans les rues de la capitale.