La commission des Affaires sociales de la Chambre a approuvé mardi l'allongement du congé de paternité validé le 3 novembre dernier en conseil des ministres. Dans un premier temps, le congé sera porté de 10 à 15 jours dès 2021. Cinq jours supplémentaires seront encore ajoutés à partir de 2023. Le congé pourra se prendre de manière souple. Les pères, ou co-parents, pourront prendre ces jours de congé dans les quatre mois suivant la naissance de leur enfant.

La mesure sera approuvée la semaine prochaine en plénière lors de l'approbation de la loi-programme validant les nouvelles politiques de la Vivaldi dans le cadre de son budget 2021.

"Nous sommes vraiment heureux que la nouvelle majorité fédérale avance sur ce dossier et fasse rentrer la Belgique dans le 21e siècle en terme d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée", a salué le chef de groupe Ecolo Gilles Vanden Burre dans un communiqué.

"L'allongement du congé de paternité est une réelle avancée pour les parents et leurs enfants. C'est aussi une avancée importante vers une plus grande égalité entre les parents, car allonger le congé paternité, c'est permettre aussi aux papas et co-parents de passer plus de temps aux côtés des enfants, et de se partager le quotidien des tâches. C'est aussi permettre un autre regard des enfants sur les rôles des parents qui ne sont plus figés sur le modèle de maman à la maison et papa au travail", a pour sa part relevé Sophie Thémont (PS) à la suite du vote de ce texte porté au gouvernement par le ministre issu de son parti, Pierre-Yves Dermagne.

Depuis l'opposition, la cheffe de groupe cdH Catherine Fonck a regretté que ce congé n'était pas prévu pour tous les statuts. "Il ne serait pas acceptable que certains pères et coparents aient un congé de naissance allongé dès le 1er janvier 2021 et pas d'autres parents, notamment les intérimaires mais aussi les fonctionnaires des entités fédérées (enseignants,...) et des pouvoirs locaux", a-t-elle souligné.

Le cdH appelle dès lors le gouvernement fédéral à élargir ce congé aux intérimaires et les entités fédérées à se saisir du dossier en urgence. Le députée a en outre regretté "que le gouvernement refuse d'inclure dans ce projet de loi des dispositions pour l'allongement du congé pour les parents adoptifs", annonçant qu'elle redéposerait un amendement en ce sens en séance plénière.