"Il est impératif que nous continuions à limiter nos contacts. Mais en n'interdisant pas les mouvements non-essentiels, nous donnons quand même aux gens une certaine marge de manœuvre", a déclaré vendredi soir l'épidémiologiste Pierre Van Damme dans "Het Journaal" sur la chaîne de télévision flamande Eén. 

Les mouvements non-essentiels ne sont pas interdits et selon M. Van Damme, cela offre un peu de perspective. "Nous donnons ainsi aux gens la possibilité de se déplacer. Mais les familles ne sont autorisées qu'à avoir un seul contact rapproché. Les personnes isolées peuvent quant à elles avoir deux contacts rapprochés, afin qu'elles ne souffrent pas de la solitude."

Pourquoi les commerces non-essentiels doivent-ils fermer? "Lorsque les magasins non-essentiels sont fermés, les gens ne se déplacent pas inutilement et c'est le plus important", a ajouté M. Van Damme.

Aucun changement dans les chiffres relatifs au coronavirus n'a encore été constaté dans notre pays, malgré les mesures prises il y a 14 jours, telle que la fermeture du secteur horeca. Selon M. Van Damme, les nouvelles mesures annoncées ce vendredi sont susceptibles d'avoir un effet positif. "Cela va principalement dans le sens de l'individualisation des ménages. C'est ainsi que l'on endiguera le virus. Cela va bien fonctionner."

Selon l'épidémiologiste, c'est également l'avis des experts. "Le signal le plus important reste le suivant: restez à l'écart les uns des autres. C'est notre responsabilité à tous."

"C'était vraiment le moment de prendre les mesures les plus sévères"

De son côté, le virologue Marc Van Ranst parle d'un "confinement strict". "La population s'attendait à cela, il faut donc oser le nommer", a-t-il indiqué vendredi soir à VTM Nieuws. Selon M. Van Ranst, aucun report n'était possible. "C'était la réunion de la dernière chance. C'était vraiment le moment de prendre les mesures les plus sévères", a-t-il expliqué. Selon le virologue, un confinement devrait durer au moins quatre semaines pour être utile, mais il s'attend à un moment de réévaluation.

M. Van Ranst reconnaît que le confinement ne sera pas facile pour de nombreuses personnes et que des semaines sombres sont à venir. "Il sera plus important que jamais de rester en contact par d'autres moyens", a-t-il déclaré. "Un coup de téléphone de trop vaudra mieux qu'un de trop peu."

Les mesures de confinement renforcées seront d'application pendant un mois et demi, à partir de la nuit du dimanche 1er novembre au lundi 2 novembre. "Nous ferons tout notre possible pour pouvoir célébrer les fêtes de fin d'année d'une manière raisonnablement normale", a ajouté M. Van Ranst. "Mais ne vous attendez pas à ce que les grandes fêtes de famille puissent avoir lieu."

Le virologue trouve "un peu ennuyeux" que le couvre-feu ne soit pas le même dans tout le pays, même si cela ne fera pas une grande différence dans la pratique. "À part pour sortir le chien, vous n'avez pas beaucoup de raisons de sortir la nuit."

Le fait que les déplacements non-essentiels ne soient pas interdits n'aura pas d'impact négatif majeur sur les chiffres du coronavirus, selon lui. Cette décision a été prise parce que la limitation de la liberté de mouvement avait été "très accablante" lors du précédent confinement.