La décision avait été officialisée lors du comité de concertation du 22 janvier, et l'arrêté ministériel a été publié au Moniteur belge ce mardi.

L'interdiction de voyager sera contrôlée tant au niveau du trafic routier, aérien maritime que ferroviaire. Les personnes qui se rendent en Belgique et en reviennent doivent être en possession d'une déclaration sur l'honneur, dont un modèle est fourni sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages/

Cette déclaration devra être liée au formulaire de localisation des passagers (PLF) et être étayée par les documents nécessaires.

Jusqu'au 1er mars, seuls les déplacements dits "essentiels" seront donc autorisés. Les motifs suivants ont été retenus comme conformes: raisons familiales impérieuses (regroupement familial, visite à un conjoint ou partenaire ne vivant pas sous le même toit pour peu que des preuves plausibles d'une relation stable et durable puissent être fournies, déplacements liés à la co-parentalité, mariages civils et religieux, funérailles ou crémations de proches); raisons humanitaires (raisons médicales, assistance à une personne âgée, mineure, handicapée ou vulnérable, visite à des proches en soins palliatifs); raisons d'étude et enfin, les frontaliers pourront toujours traverser la frontière pour des activités qui sont également autorisées en Belgique ou pour raisons professionnelles.

D'autres motifs divers permettent également de se rendre à l'étranger: les soins aux animaux, les déplacements dans le cadre d'obligations juridiques, les réparations urgentes pour la sécurité d'un véhicule, les déménagements et le transit.

© IPM Graphics