Le groupe d'experts Celeval, qui assiste le gouvernement dans les mesures à adopter pour lutter pour le coronavirus, critique dans un rapport l'approche prise par les autorités de la capitale. "Le Celeval reste préoccupé par la situation épidémiologique à Bruxelles et considère comme insuffisante la généralisation de l'obligation du port du masque comme seule mesure", est-il notamment indiqué.

"Les masques buccaux constituent une mesure utile dans certaines zones densément peuplées", déclare le virologue et président intérimaire du Celeval, Steven Van Gucht. "Mais nous avons l'impression que, pour les autorités bruxelloises, la généralisation de cette obligation de porter le masque ne nécessite aucune autre mesure supplémentaire."

M. Van Gucht et les experts du Celeval préconisent pourtant une campagne intensive dans les quartiers de Bruxelles. Comme à Anvers, la plupart des infections recensées dans la capitale se produisent dans les quartiers plus pauvres et densément peuplés, à proximité du canal. M. Van Gucht n'est, par ailleurs, pas favorable à la fermeture des cafés à Bruxelles, ni à un durcissement des règles mises en place pour lutter contre le coronavirus.

Le porte-parole du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) assure qu'aucune nouvelle mesure n'est prévue pour l'instant. "L'obligation de porter un masque a été introduite il y a seulement cinq jours. Ce n'est pas assez long pour estimer l'impact sur la propagation du virus", pointe-t-il. Bruxelles préfère également attendre les décisions du prochain Conseil national de sécurité, jeudi.