Si le Comité de concertation annonçait ce vendredi de premiers assouplissements très attendus dans la lutte contre le coronavirus, la réouverture des cafés et restaurants ne semble pas encore à l'ordre du jour. Selon Frank Vandenbroucke, il n'est pas encore possible d'envisager une telle mesure : "Ce n'est pas le début d'un assouplissement majeur, c'est vraiment trop tôt", a déclaré le ministre.

"Je comprends les propriétaires de cafés et de restaurants, c'est terrible. Mais la pire chose que vous puissiez faire maintenant est de donner à ces personnes de faux espoirs", a-t-il expliqué. "Une ouverture le 1er mars est totalement impensable".

Frank Vandenbroucke a admis être du même avis que les experts du GEMS : "J’ai en partie le même sentiment que les experts. Si vous avez plus de contacts, cela signifie plus de risques. C’est aussi la raison pour laquelle nous prenons des mesures".

Du côté du secteur de l'Horeca, ce manque de perspective commence à énerver. "Alexander De Croo n’a pas eu un mot pour notre secteur durant sa conférence de presse. C’est honteux !", s’indignait hier Fabian Hermans, administrateur de la Fédération Horeca Bruxelles. "Nous continuons à demander une ouverture de l’ensemble de l’Horeca pour le 1er mars. Après ce sera trop tard". Il en va de même pour les organisateurs d'événements, eux-aussi à l'arrêt. Ce vendredi, le Conseil des ministres approuvait d'ailleurs un projet d'arrêté royal confirmant la prolongation des mesures de soutien aux organisateurs d'événements jusqu'au 1er juillet prochain.

Un point sur la vaccination

Le Ministre de la santé a également fait le point sur l'avancement de la campagne de vaccination belge. "Nous ne serons pas en mesure de dire d'ici 14 jours quand le groupe des personnes vulnérables sera vacciné. Nous ne devrions pas attendre que tout le monde - même les jeunes de 18 ans - soit vacciné pour assouplir les mesures. Mais nous devons le faire étape par étape. Ce n'est pas parce que vous êtes vacciné que vous êtes en sécurité", a continué le ministre.

Selon les derniers chiffres disponibles, quelque 318.000 personnes en Belgique ont reçu une première dose du vaccin. Pour Frank Vandenbroucke, c'est encore trop peu pour imaginer des assouplissements durant le courant du mois de mars. "Je demande donc de la patience", a-t-il rappelé une nouvelle fois aux Belges.