Quelles sont les grandes nouveautés au 1er janvier? Une série de biens et services pèseront un peu davantage dans le panier des ménages. Voici une sélection de 10 éléments à bien noter dans son calendrier.

1) La bière sera plus chère

Les bières brassées par AB InBev et Alken-Maes seront plus chères à partir du 1er janvier dans le secteur Horeca et les supermarchés. Les bières non alcoolisées ne sont pas concernées par cette hausse. Le prix du fût de Stella progressera notamment de 6 euros et celui de Jupiler de 2,70 euros. En moyenne, AB InBev augmentera ses prix de 2 centimes par verre.

Alken-Maes augmentera également le prix de ses produits le 1er janvier dans les magasins, tandis que le secteur Horeca ne sera concerné qu'à partir du 1er février. Le brasseur ne fournit cependant pas de détails sur l'ampleur de l'augmentation.

© shutterstock

2) Ces véhicules diesel interdits à Bruxelles

A partir du 1er janvier, les véhicules Diesel de norme européenne d'émission Euro 3 s'ajoutent à la liste des véhicules interdits dans la zone basse émission couvrant la Région bruxelloise. Pour ces motorisations, seul un accès de maximum 8 jours par an et par véhicule est possible via l'achat d'un pass d'une journée de 35 euros.

Une période d'adaptation est prévue et les propriétaires des nouveaux véhicules interdits ne recevront pas d'amende avant le 1eravril.

La Ville d'Anvers renforcera également ses conditions d'accès à sa zone de basse émission, qui couvre le centre-ville et la rive gauche de l'Escaut. Dans la Métropole, tous les véhicules Diesel seront interdits à l'exception de ceux répondant aux normes Euro 5 et Euro 6. Les véhicules Euro 4 auront encore accès à la zone moyennant paiement.

© shutterstock

3) Une prime aux voitures électriques en Flandre? C'est fini

La Flandre n'offrira plus de primes pour les voitures électriques à partir du 1er janvier 2020, a décidé le gouvernement régional en octobre dernier. Ces primes ont manqué leur objectif, selon le cabinet de la ministre de l'Energie Zuhal Demir (N-VA). Celui qui achètera une voiture électrique d'ici le 31 décembre pourra encore prétendre à une prime de maximum 4.000 euros.

Dans les faits, les voitures électriques n'ont été acquises que dans de très rares cas par des particuliers. Et sur les 3.600 voitures électriques achetées en 2018, seules 400 demandes de primes ont été enregistrées. La mesure n'a donc pas répondu aux attentes, justifie le gouvernement.

La Flandre était la seule région du pays à proposer cette disposition.

© shutterstock

4) Plusieurs banques augmentent leurs tarifs

Plusieurs banques adapteront leurs tarifs à partir du 1er janvier 2020. Le prix de certains comptes et la location de coffres-forts seront notamment à la hausse, tandis que l'envoi d'extraits papier augmentera dans l'ensemble des établissements bancaires. Pour les clients de BNP Paribas Fortis qui ne bénéficient pas d'un "pack" forfaitaire, le compte à vue ordinaire augmentera de 0,5 euro par mois (1,25 à 1,75) pour les privés et passera de 3,75 euros par mois à 5,25 euros par trimestre pour les professionnels. Le remplacement d'une carte coûtera 10 euros (contre 8 auparavant) tandis que le retrait d'argent hors réseau progressera de 0,60 euro par opération (0,10 à 0,70) pour les clients sans "pack".

Chez ING, les frais annuels du Compte Vert augmenteront de 4 euros pour les particuliers (40 à 44) et de 10 euros pour un compte courant professionnel (40 à 50). Le retrait d'argent avec une carte de crédit sera également à la hausse au distributeur (de 4,96 à 6 euros par retrait) et au guichet d'une autre banque (6,96 à 8 euros). Le tarif de location des coffres-forts progresse également, de 67 à 84 euros pour plus petits formats par exemple.

© shutterstock

Le tarif de location annuelle de coffre-fort augmente aussi chez Belfius, passant de 54 à 70 euros pour le format de base.

Les clients d'Axa devront eux débourser 0,6 euro de plus pour le forfait mensuel du compte Comfort2bank (4,50 euros contre 3,90 auparavant). Le retrait d'argent aux distributeurs d'autres banques coûtera par ailleurs 0,5 euro par retrait pour le compte gratuit (St@rt2bank).

Bpost bank augmentera de son côté les tarifs de plusieurs services pour les titulaires d'un compte Postcheque: le virement papier et le retrait d'argent coûteront désormais 1 euro (0,70 euro précédemment).

La banque Crelan demandera elle 0,8 euro supplémentaire pour les frais de traitement au guichet d'un virement vers une autre banque (de 0,7 à 1,5).

CBC ne prévoit par ailleurs pas d'augmentation au 1er janvier tandis que KBC indique "suivre l'évolution du marché et de la tarification de très près". Ces deux banques avaient augmenté certains tarifs en septembre dernier.

5) La facture d'eau s'alourdit à Bruxelles

L'intercommunale Vivaqua va indexer le prix de l'eau à Bruxelles dès le 1er janvier 2020. Pour un ménage de deux personnes à la consommation moyenne de 70m³ par an, le prix de la facture annuelle d'eau augmentera de 5,52 euros (TVAC), ou 2,19%, l'an prochain, selon les calculs de Brugel, régulateur bruxellois pour les marchés du gaz et de l'électricité et contrôleur du prix de l'eau.

C'est le tarif "assainissement communal" qui va être indexé, l'une des composantes de la facture finale envoyée au consommateur. Cette redevance sert à financer la collecte des eaux usées et les investissements nécessaires dans les ouvrages servant à cette collecte et à celle de l'eau de pluie.

L'indexation permettra à Vivaqua de continuer à investir dans la rénovation nécessaire de ses infrastructures et en particulier du réseau d'égouttage.

Le prix de l'eau était gelé dans la capitale depuis 2014.

© shutterstock

6) Les honoraires des médecins augmentent

Les honoraires des médecins (consultations, visites, avis et surveillance) augmenteront de 1,95% à partir du 1er janvier 2020. Cette hausse n'aura cependant pas de conséquences pour les patients, qui seront davantage remboursés. Les consultations des pédiatres seront elles revalorisées à hauteur de 4,7% au-delà de l'indexation prévue. La consultation chez le généraliste coûtera désormais 22,22 euros contre 21,79 auparavant pour un médecin non accrédité, et 26,80 euros au lieu de 26,27 chez le médecin accrédité. La visite à domicile s'élèvera à 39,63 euros (38,88 auparavant).

L'accord médico-mutualiste conclu pour l'année 2020, qui fixe ces tarifs, libère par ailleurs 5 millions d'euros pour la médecine physique et de réadaptation. Il consacre également davantage de moyens aux soins palliatifs, à la surveillance en hôpital de jour "oncologie", aux patientes prises en charge dans les centres MIC (maternal intensive care) et pour les consultations préopératoires en anesthésie.

Le Dossier Médical Global (DMG), qui permet un meilleur accompagnement individuel, est également renforcé.

© shutterstock

7) Du changement pour les paquets de cigarettes

Le paquet de cigarettes neutre sera d'application dès le 1er janvier en Belgique. Cette neutralité sera obligatoire pour les cigarettes, le tabac à rouler, le tabac pour pipes à eau mais également pour les produits connexes comme le papier, les tubes et les filtres pour cigarettes. L'objectif de ces paquets neutres est de rendre le tabac moins attrayant pour les jeunes. Les produits devront se trouver dans un emballage identique "peu attirant" et de couleur vert-brun. Seuls le type, la marque et la quantité de produit pourront figurer sur l'emballage, dans la même police standard. L'utilisation du logo de la marque, de couleurs et de slogans publicitaires est désormais interdite, tandis que la mention des risques pour la santé reste obligatoire.

La Belgique est le cinquième pays en Europe à appliquer cette mesure, après la France et le Royaume-Uni en 2017, ainsi que la Norvège et l'Irlande en 2018.

Selon l'Alliance pour une société sans tabac, qui rassemble plusieurs associations de santé dont la Fondation contre le cancer, cette étape constitue "un grand pas en avant vers une première génération sans tabac".

British American Tobacco (BAT) a néanmoins décidé de contester la décision devant le Conseil d'État. D'après le groupe cigarettier, une telle mesure est avant tout symbolique et n'a pas d'impact sur la consommation.

© shutterstock

8) Proximus augmente le prix de certains abonnements

Comme l'an dernier, Proximus adaptera certains de ses tarifs à la hausse lors du passage à l'an neuf. Les packs Tuttimus et Familus seront notamment plus chers. Les packs Internet+TV (+1 euro/mois), Tuttimus (+1,5 euro/mois) et Familus (+1,5 euro/mois) augmenteront par exemple. Les tarifs pour la téléphonie en général seront aussi revus à la hausse.

"Nous devons chaque année massivement investir pour construire notre réseau de l'avenir, notamment pour la fibre et bientôt la 5G", justifie l'entreprise télécom.

Les autres opérateurs ne prévoient pas de hausse de tarifs au 1er janvier.

© shutterstock

9) Les prix augmentent à la pompe

A compter du 1er janvier, la part de biocarburants dans les carburants fossiles (diesel, essence) augmentera, à la suite d'une décision validée par le conseil des ministres début novembre, a confirmé le cabinet de la ministre de l'Energie et de l'Environnement Marie Christine Marghem.

Cette mesure découle de deux directives européennes, dont l'une prévoit une part de 8,5% de biocarburants dans un litre d'essence ou de diesel. L'autre impose de réduire de 6% en 2020 les émissions de CO2 liées aux carburants. La Belgique, de son côté, a opté pour une part de biocarburants à 9,6%. Les prix augmenteront légèrement, de l'ordre de 2 centimes par litre pour l'essence 95 et le diesel.

© shutterstock

10) Majoration des subsides aux communes wallonnes "zéro déchet"

A partir du 1er janvier, les subsides accordés aux communes et intercommunales wallonnes qui entrent dans une démarche "zéro déchet" seront majorés de 50 cents par habitant, indique la ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier.

"Si chacun avance dans la même direction, les effets positifs en seront multipliés", estime-t-elle.

© Didier Bauweraerts