La première proposition de loi, déposée par le PS, vise à permettre au pharmacien d'appliquer le tiers payant dans le cadre de la délivrance de la "pilule du lendemain". Les femmes ne devront dès lors plus avancer le montant d'une contraception d'urgence.

La seconde proposition, formulée par le CD&V et le cdH, étend l'intervention dans le coût des contraceptifs, actuellement prévue pour les femmes n'ayant pas atteint l'âge de 25 ans, aux femmes bénéficiant d'une intervention majorée.