La CSC souhaite prendre du recul avec la norme salariale et veut que les travailleurs puissent négocier des salaires plus élevés dans des secteurs performants. Un effort supplémentaire doit également être fourni pour les bas salaires. Le syndicat chrétien tenait mardi son conseil général, qui s’est penché sur la concertation interprofessionnelle à venir. Les conditions salariales et de travail pour les deux prochaines années doivent y être discutées.

Cette concertation sur les salaires est régie par la norme salariale qui détermine jusqu’à combien les rémunérations peuvent grimper en Belgique. Il est notamment tenu compte des hausses salariales passées et prévues dans les pays voisins.

Les syndicats n’ont jamais été d’ardents défenseurs de la norme salariale car elle inscrit les négociations dans un carcan, selon eux. La CSC aimerait donc s’en défaire. "Le conseil général demande à l’unanimité de sortir de cette norme salariale et d’engager des négociations libres", indique le président de la CSC, Marc Leemans.

La crise sanitaire démontre, selon lui, que les circonstances volatiles actuelles rendent toute comparaison avec les pays limitrophes difficile.