Le navire et son équipage de quelque 160 personnes avaient quitté la base navale de Den Helder (nord-ouest des Pays-Bas) le 18 février et a rejoint, en Méditerranée, la Task Force 473 formée autour du Charles de Gaulle, pour une mission baptisée Clemenceau 2021 par la marine française.

Le 6 mars, après plus de vingt jours d'opérations en Méditerranée, le Groupe aéronaval (GAN) rassemblé autour du porte-avions, a traversé le canal de Suez, avant de rejoindre le Golfe persique.

Le Léopold I s'est ensuite joint à l'opération Agénor, le volet militaire de la mission européenne de surveillance maritime dans le détroit d'Ormuz (EMASOH), dont le quartier général est installé aux Émirats arabes unis (EAU).

Le navire a quitté vendredi cette zone en compagnie du Groupe aéronaval pour amorcer son retour vers la Belgique, a précisé le service de presse de la Défense à l'agence Belga.

Lors de son retour, la frégate doit encore participer durant deux jours à l'opération EMASOH avant de soutenir temporairement l'opération européenne EUNAVFORMED Atalanta lors de son passage dans le golfe d'Aden et l'opération Sea Guardian de l'Otan lors de son passage en Méditerranée.

Son retour à Zeebrugge est planifié pour le mardi 11 mai mais pour une courte durée. Le Léopold doit ensuite participer à l'exercice Formidable Shield dans l'océan Atlantique et dans le Grand Nord, de la mi-mai à début juin. Le navire tirera à cette occasion, pour la première fois dans sa carrière, un missile Harpoon Block III contre une cible terrestre.

Le retour définitif à Zeebrugge est prévu le 9 juin prochain, selon la Défense.