Comme beaucoup, les jeunes sont lassés. Certains arrivent à un point de rupture et ont besoin de revoir leurs amis, d'apprendre en dehors de leur chambre, de vivre. Les images des parcs remplis de jeunes gens qui prennent l'air en groupe témoignent des difficultés de plus en plus grandes d'accepter les restrictions imposées par la lutte contre le coronavirus. Ce jeudi soir, le psychopédagogue Bruno Humbeek était invité par RTL.

Celui-ci refuse de parler de "génération sacrifiée" : "C'est catastrophique d'utiliser ce mot-là. Les difficultés, les traumatismes ne créent pas le sacrifice d'une génération. Vous pouvez avoir vécu la guerre, vous n'allez pas repérer des personnes moins intelligentes car elles ont eu 20 ans entre 1940 et 1945."

Bruno Humbeek appelle à inviter les jeunes autour de la table. Il faut concerter, et non plus seulement consulter, les jeunes. "Ils ont réellement besoin d'être partenaires qui jouent la partie d'échec avec nous. Ce qui est important maintenant, ce n'est pas de parler des jeunes (…) Donnons la parole aux jeunes pour les mettre autour des tables de négociation comme des partenaires fiables."