Depuis mardi, une chasse à l'homme est engagée dans le Limbourg. Police et armée sont activement à la recherche de Jurgen Conings, un militaire de 46 ans considéré comme dangereux et potentiellement armé. Celui-ci présente des sympathies pour l'extrême droite et avait notamment menacé le virologue Marc Van Ranst.

Sa petite amie a accepté de témoigner auprès de VTM Nieuws. Celle qui partage la vie de Jurgen Conings depuis sept ans maintenant ne comprend pas: “Je suis un peu désemparée et je ne sais pas ce qui l’a poussé à créer cette situation”, déclare celle qui a sonné l'alerte mardi matin, son compagnon n'étant pas rentré lundi soir de la caserne.

Pour elle, tout se passait bien et le couple avait encore profité le week-end dernier en allant boire un verre. “Nous nous sommes beaucoup amusés et étions heureux d’enfin pouvoir profiter des terrasses et de la réouverture de l’Horeca”, confie la compagne du militaire fugitif, qui ajoute: “Pour moi, ma sœur et ma famille, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. À nos yeux, tout était très normal, comme d’habitude.”

Elle précise en outre que Jurgen Conings a toujours été très "aimant" avec elle et qu'il était le premier à aider sa famille et ses amis.