Certains ont abandonné l'idée de prendre l'avion, d'autres ont changé de destination. La résurgence du virus dans plusieurs régions d'Europe a bousculé les plans des vacanciers belges qui comptaient se rendre à l'étranger, selon le 15e volet de l'enquête menée par l'Université d'Anvers, réalisé en collaboration avec l'UHasselt, la KU Leuven et l'Université libre de Bruxelles (ULB) et complété par 27.500 personnes.

Un tiers de ceux qui ne sont pas encore partis cet été affirment ainsi avoir modifié leurs projets sur base des informations reçues la semaine précédente. Ils ont laissé tomber l'avion ou opté pour une autre destination. Un faible pourcentage de répondants prévoit de raccourcir le voyage. Les hommes et les moins de 35 ans sont les moins disposés à réenvisager leurs projets de vacances.

Un répondant sur quatre s'est, lui, déjà rendu à l'étranger. "Nous avons notamment investigué leur perception sur le suivi des mesures corona sur le lieu de vacances", explique Thomas Neyens, chercheur à l'Université de Hasselt et à la KU Leuven. "Près de 60% des participants estiment que les règles sont bien mieux suivies en Espagne qu'en Belgique. L'Allemagne et l'Italie font aussi mieux que nous, tandis que le suivi en France est similaire à la Belgique. Les Néerlandais et Autrichiens respectent moins bien les règles que les Belges, du point de vue de ces derniers, du moins."

Concernant une vaccination contre le coronavirus, 87,3% des personnes interrogées indiquent vouloir en bénéficier, pointe Jonas Crèvecoeur de la KU Leuven. "Huit pour cent précisent l'envisager pour plus tard et, à l'inverse, 4,7% disent ne pas vouloir se faire vacciner. Par rapport à d'autres vaccinations pour adultes, nos répondants se montrent particulièrement disposés à recevoir des vaccins contre le Covid-19."