"La vaccination est la clé de cette pandémie". Depuis plusieurs mois maintenant, virologues, politiciens et autres scientifiques insistent sur l'importance de la vaccination pour sortir de la crise.

Ce vendredi, au cours de leur conférence de presse bihebdomadaire, les experts en charge de la lutte contre le Covid-19 ont une nouvelle fois rappelé l'efficacité du vaccin, preuves à l'appui.

Yves Van Laethem et ses confrères ont ainsi présenté les résultats d'une nouvelle étude menée par Sciensano, qui révèle que seules 0,32% des personnes entièrement vaccinées ont contracté le coronavirus.
Pour aboutir à ces conclusions, l'Institut de santé publique a analysé un échantillon de 1.421.067 personnes totalement immunisées à la date du 31 mai, c’est-à-dire des personnes ayant reçu deux doses du vaccin Pfizer, AstraZeneca ou Moderna, ou une seule dose du vaccin Johnson&Johnson, et pour lesquelles la deuxième dose avait été administrée au moins 14 jours avant le 31 mai. Il faut en effet deux semaines pour être considéré comme "totalement immunisé".

© Sciensano


"Sur ce groupe, on a eu 4526 cas d'infections post-vaccination. Ceci correspond donc à un test covid-positif chez 0,32% des personnes entièrement vaccinées", a détaillé le porte-parole interfédéral. "Il est donc extrêmement clair que les personnes entièrement vaccinées sont beaucoup moins susceptibles d'être infectées par le Covid-19".

Peu de symptômes

Parmi ces 4526 personnes infectées, deux-tiers d'entre elles (68%) ne présentaient pas de symptômes. "Ceci se traduit, au niveau des hôpitaux, par le fait qu'il est rare d'y voir des personnes entièrement immunisées admises pour Covid ", a poursuivi l'expert. Les personnes entièrement vaccinées ne représentent ainsi que 1,1% des hospitalisations pour coronavirus.

Si ces chiffres sont donc rassurants et confirment l'efficacité du vaccin, Sciensano veut toutefois comprendre pourquoi certaines personnes se retrouvent tout de même à l'hôpital malgré leur immunité présumée.  Est-ce parce qu'ils sont infectés par un certain type de variant, ou parce qu'ils sont vaccinés par un certain type de vaccin, moins efficace ? Autant d'hypothèses que l'Institut de Santé publique se chargera d'évaluer dans les prochaines semaines.