Dans un communiqué intitulé "La vaccination tourne au cauchemar" diffusé ce jeudi après-midi, Claude Eerdekens explique que de nombreux Andennais, les plus âgés, ont reçu un avis officiel pour se présenter à Huy ou Namur pour se faire vacciner, alors qu'un centre de vaccination doit ouvrir ses portes à Andenne. Mais l'ouverture de celui-ci prend du temps et, selon les mots du bourgmestre, "dépend d’un recrutement et de toute une bureaucratie à la soviétique qui rappelle l’époque communiste d’avant la chute du Mur de Berlin". A l'en croire, personne ne sait pour le moment quand le centre ouvrira ses portes.

Pour pallier la situation, les personnes à risque habitant Andenne sont donc invitées à aller se faire vacciner dans les communes avoisinantes de Huy et Namur. Mais visiblement, cela pose problème. "Ne voilà-t-il pas que nous apprenons, au niveau de la Ville, que des Andennais sont refoulés par le centre de vaccination de Huy qui les invite à aller se faire vacciner à Andenne, c’est-à-dire aux calendes grecques…", écrit Claude Eerdekens, agacé. Pour lui, c'est la goutte qui fait déborder le vase, et la situation pourrait même l'amener à porter plainte. "Très clairement, si un seul Andennais se voit encore refuser l’accès au centre de vaccination de Huy et/ou de Namur et s’il devait apparaître qu’une personne refoulée ces derniers jours ou dans le futur devait décéder parce qu’entre-temps, il aurait contracté la Covid-19 en ne pouvant être vacciné, la Ville d’Andenne, aux côtés de la famille, se constituera partie civile devant un juge d’instruction du chef de non-assistance à personne en danger et d’homicide volontaire", annonce le bourgmestre.

La situation est inadmissible, note encore le socialiste, qui parle d'ailleurs de "scandale". "Un de plus qui s’ajoute à tous les autres et qui fait que la Belgique peut avoir le mérite d’être dans la course à la vaccination le 'maillot jaune' du parfait baudet de course", conclut-il.

L'Aviq tempère

Contactée par nos soins, l'Agence pour une Vie de Qualité (l'Aviq) a tenu à donner quelques précisions sur le sujet. "Les centres de vaccination vont ouvrir progressivement, dès le 15 mars (lundi, ndlr). Tout ne sera pas ouvert lundi, mais on espère qu’en une dizaine de jours, on sera à 100% de capacité partout", explique la porte-parole. Les Andennais devraient donc aussi avoir accès à leur centre de vaccination la semaine prochaine: "À priori, il ouvrira ses portes le 15, mais si les conditions d'ouverture sont meilleures le 16, et bien ce sera le 16". 

La porte-parole de l'Aviq rappelle également que la vaccination du grand public n'a pas encore commencé. Si des invitations ont déjà été envoyées à la population wallonne non prioritaire, c'est parce que depuis le 8 mars, nous sommes dans un entre-deux. La campagne de vaccination des soignants se termine et comme il reste des doses à utiliser dans les sept centres wallons déjà opérationnels, des personnes plus âgées ont déjà reçu une convocation. D'où le fait que certains Andennais ont été invités à se rendre à Huy, Bierset ou encore Namur pour se faire vacciner, là il y avait des doses disponibles. 

Et en ce qui concerne le refus de vacciner des habitants d'Andenne dans les centres précités, comme l'affirme Claude Eerdekens, la porte-parole de l'Aviq avance une hypothèse précise. Selon elle, ces personnes dont parle le bourgmestre se sont certainement rendues au centre de vaccination sans s'être préalablement inscrites. "Se présenter juste avec son invitation et sans s’être inscrit, ça ne sert à rien. Il faut s’inscrire à la vaccination", rappelle-t-elle. Sans confirmation de rendez-vous et sans QR code, ça ne fonctionne pas, et c'est sans doute ce qui a posé problème à plusieurs habitants d'Andenne.