Selon les derniers chiffres publiés par Sciensano, entre le 21 et le 27 août, la moyenne des contaminations a baissé de 14% par rapport à la période de sept jours précédente. Elle s'élève maintenant à 430 nouveaux cas quotidiens. Les hospitalisations (-33%) et les décès (-53%) connaissent également la même tendance.

Remplacé durant plusieurs semaines par Frédérique Jacobs, Yves van Laethem est de retour de vacances et a repris son rôle de porte-parole interfédéral. Il a tout d'abord confirmé cette diminution généralisée sur l'ensemble du territoire, mis à part pour le Brabant flamand (+ 41 cas par jour) et le Brabant wallon (+15) qui connaissent une légère hausse en termes de chiffres absolus.

Il est également revenu sur la réduction relativement importante des décès cette semaine: "les semaines précédentes, il s'agissait probablement d'une conjonction de l'infection Covid avec la vague de chaleur".

Le virologue a ensuite abordé la suite de la stratégie à court terme concernant le coronavirus: "Comme nous le savons, nous allons devoir vivre encore plusieurs mois avec ce virus. Il est donc essentiel de trouver un équilibre entre le contrôle de l'épidémie et le retour à une vie sociale et économique qui soit à un niveau satisfaisant."

Des mesures rapides et efficaces

Grâce à des données de l'Université d'Anvers et de l'Université de Hasselt, Yves van Laethem a tenu à illustrer les situations sanitaires qu'auraient pu connaître Anvers et Bruxelles si aucune mesure n'avait été prise lors du regain de l'épidémie en juillet.

© Capture Conférence de presse Anvers

"La courbe se casse totalement. Au lieu de suivre son cours exponentiel qui nous aurait amenés à plus de 700 contaminations quotidiennes aux environs du 9 août, on assiste à un aplatissement de cette courbe pour rester en dessous de 300 cas par jour", explique-t-il. "Ces mesures et leur respect ont donc permis que cette vaguelette ne devienne pas une deuxième vague", affirme-t-il.

Par ailleurs, il invite à être deux fois plus vigilant dans les prochains jours avec la rentrée scolaire couplée à de nouveaux retours de vacances. Ces deux facteurs pourraient en effet entraîner une nouvelle reprise de la pandémie en Belgique.

Séance de questions-réponses:

Q: Le Prince Laurent a acheté des détecteurs de CO pour les salles de cours de ses enfants. Pensez-vous que les écoles devraient s'en équiper également ?

R: "La teneur en CO de l'air est relativement stable au cours du temps grâce, entre autres, aux systèmes de ventilation. Une augmentation du CO dans une pièce peut signifier que la ventilation est inadéquate. Cependant, il suffit d'ouvrir les fenêtres et les portes le plus fréquemment possible pour remédier au problème. Un tel détecteur ne va donc rien apporter de plus à la qualité de l'air que nos enfants respirent."

Q: La situation semble s'améliorer à Bruxelles. Quand estimez-vous que le seuil des moins de 50 cas pour 100 000 habitants par semaine sera atteint ?

R: Les chiffres de la ville sont clairement meilleurs mais nous restons sur un certain plateau. Cette amélioration doit donc encore se confirmer et la situation reste imprévisible. Il n'est pas possible actuellement de connaître le temps que cela prendra".