Une concertation a été entamée avec les régions et les directeurs de maisons de repos.

C’était sans doute l’une des annonces les plus marquantes de la conférence de presse de la Première ministre Sophie Wilmès (MR) de mercredi soir au sujet de l’évolution de la crise du Covid-19 : l’autorisation laissée aux maisons de repos d’organiser des visites dans les maisons de repos et de soins afin de soulager les résidents avait suscité la colère et l’inquiétude des responsables de maisons de repos et de soins et des organisations syndicales, qui jugeaient la mesure prématurée et impossible à mettre en pratique à l’heure actuelle.

Le secteur s’était également plaint de ne pas avoir été concerté par les autorités avant que l’annonce officielle soit prononcée.

Vendredi soir, Sophie Wilmès a indiqué qu’un comité de concertation avait eu lieu virtuellement afin d’aborder la situation dans les maisons de repos et de soins (MRS).

Suite à cette concertation, “l’ensemble des régions et le fédéral se sont accordés sur la volonté de procéder au testing approfondi du personnel et des résidents des MRS”, précise-t-elle dans un communiqué.

La Première ministre indique également souhaiter organiser “via les régions et les communautés, une concertation préalable avec le secteur des MRS afin de mettre en place un système de visites des résidents des structures d’hébergement, par un membre de la famille qui ne présente aucun symptôme depuis quinze jours et dans les conditions de sécurité sanitaire requises.”

Le Comité a également abordé la question du déploiement de la Défense dans les maisons de repos, précise le communiqué.

Concrètement, cela signifie donc que les visites dans les maisons de repos n’auront pas lieu dans un futur immédiat, ce qui avait d’ailleurs été annoncé par les ministres régionaux de la Santé.

Dans une interview accordée à La DH jeudi, le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo) avait déjà fait savoir qu’il comptait travailler en concertation avec les directions de maisons de repos et avec les organisations syndicales afin d’étudier le délai dans lequel les visites pourraient être organisées et les conditions dans lesquelles ces visites pourraient avoir lieu.